Herbe divine, racine de vie, c’est ainsi que les Chinois ont qualifiĂ© cette plante qui, selon une lĂ©gende, ne peut ĂȘtre cueillie que par les wa-pang-suis, chasseurs-cueilleurs spĂ©cialement formĂ©s et rassemblĂ©s en une guilde. C’est que, voyez-vous, la nuit, les racines changent de place.

Eh oui, heureusement, les wa-pang-suis peuvent les repĂ©rer grĂące Ă  une lueur particuliĂšre que la plante Ă©met et qu’ils ont appris Ă  reconnaĂźtre! ArmĂ©s de minuscules arcs et de flĂšches en or attachĂ©es Ă  un cordon, ils le chassent comme ils le feraient pour un gibier royal.

PrisĂ©, donc, et glorifiĂ© par prĂšs du quart de la population du globe, le ginseng a fait l’objet, au cours des siĂšcles, d’un commerce extrĂȘmement lucratif. On a dit, qu’Ă  cause de lui, de nombreuses fortunes se sont faites et dĂ©faites en un seul jour.

En AmĂ©rique, tout a commencĂ© lorsque le pĂšre Francis Lafitau, dont la mission consistait Ă  Ă©vangĂ©liser les « Indiens » du QuĂ©bec, dĂ©couvrit, qu’il poussait une espĂšce indigĂšne de ginseng dans nos forĂȘts de feuillus. Il fit cette observation grĂące au frĂšre Jartoux, un jĂ©suite vivant en Chine, qui lui avait fait parvenir une description du ginseng oriental. En peu de temps, il devint plus lucratif de courir les bois Ă  la recherche de la racine que de cultiver la terre et nombre de fermiers abandonnĂšrent la culture du blĂ©, pourtant denrĂ©e essentielle, pour s’adonner Ă  cette activitĂ©. Ceux qui Ă©taient restĂ©s sur les fermes se retrouvĂšrent rapidement sans main-d’oeuvre, les « Indiens » qu’ils embauchaient ayant abandonnĂ© leur travail pour partir Ă  la recherche de cet or vĂ©gĂ©tal qui promettait des revenus fabuleux. On a d’ailleurs assimilĂ© ce formidable dĂ©placement de personnes Ă  la ruĂ©e vers l’or qu’a connue la Californie au XIXe siĂšcle.

DĂšs le XVIIIe siĂšcle, des tonnes de racines de ginseng Ă©taient expĂ©diĂ©es du Canada et des États-Unis vers la Chine, si bien qu’Ă  la fin du XIXe siĂšcle, la plante a pratiquement disparu du QuĂ©bec et de l’Ontario, provinces oĂč elle Ă©tait particuliĂšrement abondante. Aujourd’hui, elle ne survit d’ailleurs que dans de trĂšs rares stations, dont l’emplacement est gardĂ© jalousement secret par quelques botanistes absolument incorruptibles. Vos chances, donc, de tomber sur une talle sauvage sont Ă  peu prĂšs aussi grandes que celles de rencontrer un scarabĂ©e dorĂ© en pleine rue Sainte-Catherine. Idem pour les États-Unis, oĂč le ginseng ne pousse plus que dans les endroits infestĂ©s de serpents, frĂ©quentĂ©s uniquement par une poignĂ©e de cueilleurs au coeur solidement accrochĂ©.

En Asie, sa culture fait l’objet de soins attentifs. Ainsi, en CorĂ©e, le gros des cultures est confinĂ© dans les limites d’une ancienne citĂ© d’environ 40 kilomĂštres de diamĂštre, entiĂšrement entourĂ©e de murs de pierre. SurveillĂ©es 24 heures sur 24 par des gardes armĂ©s, les cultures sont sous le monopole de l’État, qui dĂ©termine les normes de qualitĂ©, les prix et les volumes que les fermiers peuvent produire. Au Vietnam, oĂč pousse une espĂšce locale rare, on a entourĂ© de hautes clĂŽtures mĂ©talliques les enceintes oĂč elle s’est Ă©tablie mais faute de budget pour exercer une vĂ©ritable surveillance, les « braconniers » s’en donnent Ă  coeur joie et sont en train de dĂ©cimer les populations. En Chine, oĂč il poussait jadis Ă  l’Ă©tat sauvage, il s’est quasiment Ă©teint Ă  cause de la surexploitation des forĂȘts.

Son nom

Panax vient du grec pan, « tout », et akos, « soigne, guĂ©rit », qui, en français, a donnĂ© « panacĂ©e ». Chez les Romains, Panacea Ă©tait la fille d’Esculape, dieu de la mĂ©decine.

Quant Ă  « ginseng », il vient du chinois jen-shen, littĂ©ralement « plante-homme », par allusion au fait que les Chinois prisent tout particuliĂšrement les racines dont la forme rappelle celle de l’ĂȘtre humain. À cause probablement d’une dĂ©formation linguistique, au QuĂ©bec, on l’a appelĂ© « ninzin », puis « ninzin araliĂ© » (« araliĂ© », parce qu’il appartient Ă  la famille des araliacĂ©es). En passant, le terme « araliacĂ©es » dĂ©riverait d’un mot amĂ©rindien. Il aurait Ă©tĂ© communiquĂ© Ă  un botaniste français par un de ses confrĂšres quĂ©bĂ©cois pour finalement faire partie de la terminologie botanique officielle.

Il semble que notre espĂšce, le Panax quinquefolius (ou ginseng Ă  cinq folioles) prĂ©sente Ă  peu prĂšs les mĂȘmes caractĂ©ristiques que l’espĂšce asiatique, bien que certains lui attribuent des effets diffĂ©rents. Nous possĂ©dons Ă©galement une autre espĂšce, le Panax trifolius, appelĂ© « petit ginseng » ou « ginseng Ă  trois folioles », dont la racine est plus petite et entiĂšrement ronde mais elle n’a fait l’objet d’aucun commerce d’importance.

Et ça se mange?

À ma connaissance, il n’existe pas d’emplois culinaires pour le ginseng, ni chez les AmĂ©rindiens ni chez les Asiatiques, qui le considĂšrent comme un mĂ©dicament en bonne et due forme. On a toutefois rapportĂ© que certaines personnes en mĂąchaient volontiers, particuliĂšrement lorsque la racine est fraĂźchement rĂ©coltĂ©e car elle est alors agrĂ©ablement sucrĂ©e.

Dans la tradition macrobiotique, on consomme une boisson, le thĂ© mu, qui renferme 16 plantes, dont le ginseng. Mais la consommation de ginseng pur n’est pas recommandĂ©e sur une base quotidienne.

Et ça soigne quoi?

Inutile de rappeler que les Asiatiques le considĂšrent comme un excellent aphrodisiaque, particuliĂšrement pour les hommes dont la virilitĂ© s’estompe avec l’Ăąge, les pĂŽvres! De façon gĂ©nĂ©rale, la tradition orientale en fait un tonique particuliĂšrement adaptĂ© aux personnes ĂągĂ©es, que ce soit pour rĂ©tablir un bon niveau de performances physiques ou une bonne activitĂ© mentale. Pour les Chinois, c’est le plus puissant des stimulants cordiaux, toniques, stomachiques et fĂ©brifuges. Ils affirment qu’il « remplit le coeur d’hilaritĂ© », et que son emploi, mĂȘme occasionnel, permet d’ajouter une dizaine d’annĂ©es Ă  la vie de quiconque en consomme.

Toutefois, la médecine traditionnelle chinoise le prescrit rarement seul, mais plutÎt en mélange avec diverses autres plantes médicinales.

L’Europe a connu quelques vogues de ginseng, mais jamais comme l’Asie qui reste la rĂ©gion du globe oĂč on le consomme le plus. En AmĂ©rique, on a employĂ© le ginseng Ă  cinq folioles pour ses propriĂ©tĂ©s toniques et stimulantes, particuliĂšrement « pour relever les forces abattues par les excĂšs », et pour stimuler la digestion. Toutefois, Ă  la fin du XIXe siĂšcle, son emploi dans la pratique rĂ©guliĂšre Ă©tait Ă  peu prĂšs abandonnĂ©. Aux États-Unis, il fut une Ă©poque oĂč on l’estimait grandement pour soulager les problĂšmes digestifs. On lui attribuait la propriĂ©tĂ© de neutraliser le trop plein d’acide gastrique ainsi que les Ă©ructations dĂ©sagrĂ©ables qui en rĂ©sultaient. Pour certains mĂ©decins, cette action avait aussi pour effet de soulager le rhume et les rhumatismes, ces derniĂšres affections Ă©tant, selon les thĂ©ories de l’heure, une consĂ©quence directe d’un excĂšs d’acide gastrique. Chose certaine, la plante mĂ©rite rĂ©ellement d’ĂȘtre essayĂ©e dans les cas de troubles de l’estomac. On l’a Ă©galement utilisĂ©e pour soulager les spasmes du hoquet et de l’asthme ainsi que les quintes de toux.

Bien que jamais attestĂ©s, les usages mĂ©dicinaux du petit ginseng seraient, selon les Soeurs de la Providence, les mĂȘmes que ceux du ginseng Ă  cinq folioles.

La mĂ©thode traditionnelle chinoise pour prĂ©parer la racine de ginseng consiste Ă  la dĂ©biter en copeaux que l’on place dans un rĂ©cipient de grĂšs. On verse de l’eau bouillante sur les copeaux et on place le rĂ©cipient dans une casserole partiellement remplie d’eau (une sorte de bain-marie, en somme) et on chauffe le tout Ă  petit feu pendant six heures. On l’a Ă©galement prĂ©parĂ©e en la rĂąpant finement et en ajoutant de ÂŒ Ă  Âœ c. Ă  thĂ© de cette poudre dans un quart de litre d’eau bouillante; ou encore en la brisant en petits morceaux que l’on fait cuire 45 minutes dans de l’eau bouillante, Ă  raison de 3 c. Ă  thĂ© par tasse d’eau.

On peut Ă©galement prĂ©parer une infusion avec les feuilles. Quant aux fleurs, qu’en principe on ne laisse s’Ă©panouir que sur une faible proportion de plants afin d’obtenir une racine plus vigoureuse, les CorĂ©ens en prĂ©parent une tisane qui est hautement estimĂ©e.

Contre l’impuissance, on a recommandĂ© de le prendre sous la forme de poudre pure, Ă  raison de 2 g par jour Ă  avaler avec du liquide ou une bouchĂ©e d’aliments au repas du midi. Faire des cures de trois semaines. Et si vous dĂ©sirez conquĂ©rir l’homme ou la femme de votre vie, voici la recette d’un philtre d’amour absolument infaillible.

Philtre d’amour

Dans son AromathĂ©rapie, le docteur Jean Valnet propose une recette de vin aphrodisiaque qui consiste Ă  faire macĂ©rer pendant 15 jours 30 g de cannelle, 30 g de vanille, 30 g de ginseng et 30 g de rhubarbe dans un litre de vin de Malaga ou de vin vieux de Chablis. On filtre et on ajoute ensuite quinze gouttes de teinture d’ambre.

Si vous ne trouvez pas de rhubarbe ou de teinture d’ambre, remplacez-les par une branche de romarin, 3 pincĂ©es de thym, 3 pincĂ©es de noix muscade, quelques feuilles de menthe et une dizaine de pĂ©tales de rose, que vous ferez macĂ©rer avec les autres plantes.

Il n’est pas interdit d’ajouter au philtre de la bave de crapaud, laquelle ne consiste pas en ces petits dĂ©pĂŽts d’Ă©cume qu’on trouve un peu partout sur les plantes pendant l’Ă©tĂ© puisqu’il s’agit lĂ  de sĂ©crĂ©tions renfermant des oeufs d’insectes. Non, il n’y a rien Ă  faire, la bave de crapaud, il faut la prĂ©lever directement sur les crapauds.

Ginseng bio herbe divine, racine de vie

Ginseng bio herbe divine, racine de vie

Son mode de culture

Les semences de ginseng vendues dans le commerce sont gĂ©nĂ©ralement stratifiĂ©es, c’est-Ă -dire qu’elles ont Ă©tĂ© artificiellement gardĂ©es au froid afin de « briser » leur Ă©tat de dormance. Ce qui a l’avantage de faire gagner un an sur la culture.

Si vous possĂ©dez de la terre et dĂ©cidez d’y implanter du ginseng, le petit bouquin de A. R. Harding Ginseng and Other Medicinal Plants, d’abord publiĂ© en 1908, et qui a connu plusieurs rĂ©Ă©ditions, reste la rĂ©fĂ©rence de base.

Toutefois, si l’univers ne s’est pas montrĂ© particuliĂšrement gĂ©nĂ©reux Ă  votre endroit et que vous ne possĂ©diez qu’un bout de balcon, il est tout de mĂȘme possible de cultiver du ginseng en contenant, en autant qu’il ne soit pas exposĂ© Ă  la lumiĂšre crue du soleil d’Ă©tĂ© et qu’il soit protĂ©gĂ© des vents glacĂ©s de l’hiver.

Semis de ginseng

Le ginseng se contentera Ă©galement d’une cour Ă  l’ombre, comme il y en a des tas dans les grandes villes, ou d’un petit bout de terrain Ă  la campagne. Dans tous les cas, voici comment faire :

1) PrĂ©parez un bon terreau Ă  base de terre Ă  jardin, de mousse de tourbe (ou de terreau de feuilles mortes si vous pouvez mettre la main sur cette prĂ©cieuse substance), de vermiculite et de sable horticole, Ă  parts Ă©gales. Pour la culture en pot, utilisez les mĂȘmes ingrĂ©dients, en plus d’ajouter un bon compost, qui entrera pour un tiers dans le mĂ©lange, et un peu de poudre d’os.

2) Remplissez de ce terreau des bacs de culture – de bois, de polystyrĂšne, de fibre – ou des pots d’argile ou de plastique. Assurez-vous que vos contenants ont des trous pour le drainage.

3) Dans les bacs, semez vos graines Ă  2 cm ou 3 cm de profondeur et Ă  2 cm d’espacement. Dans les pots, mettez tout au plus une dizaine de graines par pot, qu’Ă  la levĂ©e il faudra Ă©claircir de façon Ă  n’avoir qu’un seul plant par pot.

4) Placez bacs ou pots Ă  l’extĂ©rieur dans un endroit qui recevra la lumiĂšre du soleil au printemps. Pour les bacs, il n’est pas nĂ©cessaire que l’endroit soit trĂšs ombragĂ© car vous transplanterez vos plants assez tĂŽt la saison suivante. Pour les pots, placez-les dans un endroit ombragĂ© ou assurez-vous de pouvoir les dĂ©placer Ă  la fin du printemps de l’annĂ©e suivante.

5) En milieu rural, entourez bacs ou pots d’un grillage dont les mailles ont environ 1 cm (de type grillage de cage Ă  lapin) afin d’Ă©viter que les rongeurs n’en fassent leur festin d’hiver (les mulots sont trĂšs friands des graines; c’est mĂȘme l’une des principales raisons de l’Ă©chec des cultures en semis direct).

6) Recouvrez le tout d’un Ă©pais tapis de feuilles mortes (15 cm).

7) Au printemps, enlevez le paillis et assurez-vous que la terre des bacs reste humide mais non dĂ©trempĂ©e. Quand les plants auront deux vraies feuilles, transplantez-les dĂ©licatement Ă  20 cm d’espacement, en utilisant un transplantoir pointu pour ouvrir le chemin aux jeunes racines. Comme on l’a dit plus haut, l’endroit doit ĂȘtre ombragĂ©. S’il ne l’est pas, vous aurez pris soin de construire un abri assez Ă©levĂ© (au moins 2 m) recouvert tant sur les cĂŽtĂ©s que sur le dessus, de clĂŽture Ă  neige. L’espacement des lattes de bois permet d’apporter exactement le rapport lumiĂšre:ombre dont le ginseng a besoin pour s’Ă©panouir.

On peut Ă©galement se procurer des racines d’un an chez un producteur et les transplanter tel qu’indiquĂ© ci-dessus.


Le ginseng bio antioxydant naturel puissant possĂšde des vertus incomparables: c’est un stimulant physique et intellectuel, il agit sur la libido, la fatigue, le stress et l’endurance.

Le ginseng est une plante vivace qui fut dĂ©couverte en Mandchourie en 3500 avant J.-C. C’est essentiellement la racine qui est encensĂ©e par les Chinois pour ses vertus aphrodisiaques, stimulantes et toniques. Son usage Ă©tait alors rĂ©servĂ© Ă  l’Empereur et aux grands seigneurs. De nos jours encore, et pour toutes ses vertus, la racine de ginseng est entourĂ©e de mystĂšres. Mais si ses propriĂ©tĂ©s stimulantes sur la libido ne sont plus Ă  dĂ©montrer, il faut souligner ses bienfaits sur l’organisme en gĂ©nĂ©ral.

Le ginseng: propriétes et bienfaits d'une racine "miracle"

Le ginseng: propriĂ©tes et bienfaits d’une racine “miracle”

Choisir le ginseng

C’est actuellement, en phytothĂ©rapie, la plante dont on parle le plus, mais c’est Ă©galement la plus coĂ»teuse. DĂšs lors, il faut ĂȘtre vigilant lors de son achat. PrĂ©fĂ©rez la racine entiĂšre ou en poudre pure, que l’on trouve sur Internet ou en herboristerie, aux comprimĂ©s ou gĂ©lules qui ne sont, en gĂ©nĂ©ral, pas suffisamment dosĂ©s. Qu’elle soit rouge ou blanche, c’est la racine de CorĂ©e de plus de six ans d’Ăąge qui est la seule valable.

Bienfaits de la racine de ginseng

Le succĂšs du ginseng provient surtout de ses pouvoirs aphrodisiaques.

Il dĂ©cuple l’Ă©nergie, l’endurance et la libido.
Mais le ginseng procure bien d’autres bienfaits Ă  l’organisme. Il contient de nombreuses vitamines – B1, B2, B3 –, mais aussi des minĂ©raux tels le fer, l’aluminium, le cuivre, le soufre… C’est un “adaptogĂšne” remarquable, il aide le corps Ă  faire face au stress et le stimule sans avoir les inconvĂ©nients des stimulants de synthĂšse.

Il renforce les défenses immunitaires;
il stimule le systĂšme nerveux;
il rĂ©Ă©quilibre et rĂ©gĂ©nĂšre les diverses fonctions de l’organisme;
il augmente la résistance au stress;
il améliore la circulation sanguine;
il améliore les performances physiques et intellectuelles: renforce la mémoire et la concentration, facilite les réflexes et le travail;
il permet une meilleure adaptation de l’organisme Ă  l’effort, diminue la sensation de fatigue et les douleurs musculaires;
il retarde les effets du vieillissement;
il donne de bons résultats sur les peaux sÚches.

Posologie

Si vous en supportez l’amertume, croquez chaque matin 1 g de racine de ginseng en cure d’un mois renouvelable. Si l’amertume du ginseng ne vous plaĂźt pas, faites bouillir le morceau de racine dans 25 cl d’eau. Laissez rĂ©duire cette tisane de moitiĂ©, sucrez au miel et consommez.

La poudre de ginseng est d’un emploi trĂšs facile: il suffit de mĂ©langer une dose de 1 g dans une tisane ou un jus de fruits.

Recette de l’huile de macĂ©ration du ginseng
DĂ©taillez deux ou trois racines de ginseng et recouvrez les morceaux d’huile d’olive ou de jojoba. Laissez macĂ©rer un mois prĂšs d’une source de chaleur. Filtrez et embouteillez. Cette huile de massage est stimulante, “dĂ©fatigante”, tonique, aphrodisiaque et antioxydante. Pour les soins du corps, vous pouvez l’assembler, pour moitiĂ©, avec une huile de macĂ©ration de roses ou de lys.

Contre-indication
Le ginseng est déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes.


Le ginseng bio antioxydant naturel puissant est une racine venant d’une plante vivace forestiĂšre du nom de panax ginseng pour le ginseng asiatique ou le panax quinquefolius pour le ginseng nord amĂ©ricain.

Il existe plusieurs sortes de ginseng comme le ginseng rouge et blanc de Corée, le ginseng de Chine, le ginseng du Japon et le ginseng des Etats Unis/Canada.
En Asie, depuis au moins 2000 ans les mĂ©decins chinois considĂšrent le ginseng comme la source de “l’Ă©nergie vitale”. Il serait le remĂšde de tous les maux et augmenterait l’espĂ©rance de vie.
Le terme chinois du ginseng vient du gin qui signifie “homme” et -seng qui signifie “essence”. En grec le mot panax vient de pan- qui signifie “tout” et -akos qui signifie “guĂ©rir”.

Selon des recherches scientifiques le ginseng serait un adaptogĂšne qui permettrait donc Ă  l’organisme d’Ă©quilibrer ses besoins. Par exemple, de stimuler ou calmer le systĂšme nerveux central selon les sujets ou d’Ă©lever ou d’abaisser la tension artĂ©rielle.

Les bienfaits du ginseng asiatique

Les bienfaits du ginseng asiatique

Les vertus:
On donne au ginseng de nombreuses vertus car Ă©tant une plante de tous les maux.
Il a donc pour vertus de stimuler le systĂšme immunitaire, traiter les problĂšmes d’Ă©rection, traiter le diabĂšte de type 2, stimuler la mĂ©moire et d’augmenter les performances physiques et intellectuelles, traiter la mĂ©nopause, traiter la fatigue l’insomnie et la dĂ©pression, amĂ©liorer le bien ĂȘtre psychologique.

Par ailleurs, le ginseng est une plante riche en vitamine et nutriments dont les vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, C, E puis des sels minéraux tels que fer, cobalt, aluminium, manganÚse, phosphore, potassium, silice, vanadium et des oligo-éléments comme le sélénium, puis des enzymes, lipides, glucides, protides, acide folique et eau.

Les contre indications par mesure de précaution pour les personnes ayant:
les enfants de moins de 5 ans, hypertension artérielle, problÚme cardiaque, problÚme de coagulation, cancer hormono-dépendant, schizophrénie, femme enceinte ou allaitante.

Quel ginseng acheter?
Il est trĂšs prĂ©fĂ©rable d’acheter le ginseng sous forme d’ampoule et non en gĂ©lule. Il faut acheter du ginseng appelĂ© panax ginseng c.a meyer , c’est le nom officiel du vrai ginseng vendu dans les commerce, tout autre nom est suceptible de ne pas ĂȘtre du vrai ginseng.
Voici une liste des marques recommandées:
Super Diet, ginseng bio
Les 3 chĂȘnes, Bio ginseng rouge extra fort (testĂ© et approuvĂ©)
Arkofluide (arkopharma), bio, ginseng, guarana, argousier, acerola (testé et approuvé).


Le ginseng bio antioxydant naturel puissant aurait des bienfaits sur la libido, la mĂ©moire, contre les rides ou la peau sĂšche. Comment l’utiliser, oĂč l’acheter, Ă  quel prix : le point sur ses vertus miracle.

Une plante pour la mémoire et la concentration
Baisse d’attention, chute de concentration, troubles de la mĂ©moire : le ginseng amĂ©liorerait la santĂ© intellectuelle. La plante joue sur “l’activitĂ© cĂ©rĂ©brale avec une action favorable sur la mĂ©morisation”, explique le Dr Yves Donadieu (Ma pharmacie naturelle, Ă©d. Robert Laffont). Le ginseng aiderait ainsi Ă  amĂ©liorer les performances cognitives, d’aprĂšs une Ă©tude publiĂ©e en 2005 dans le Journal of psychopharmacology.
Posologie : 1,5 g de poudre totale micronisĂ©e ou 300 mg d’extrait sec en gĂ©lules, Ă  avaler avec un peu d’eau le matin Ă  jeun pendant 45 jours, selon le Dr Donadieu.
Contre-indications : Grossesse, allaitement. DĂ©conseillĂ© en cas d’obĂ©sitĂ©, nervosisme, insomnie, hypertension, cancer hormonodĂ©pendant et chez les enfants et jeunes adolescents.

Ginseng : des vertus incroyables

Ginseng : des vertus incroyables

Une racine qui stimule la libido
Le ginseng aurait des vertus contre la baisse de libido. “Des rĂ©sultats excellents ont Ă©tĂ© obtenus dans le traitement de l’impuissance”, expliquent les mĂ©decins Yves Donadieu et Pham Quang Chau (Le ginseng, Ă©d. Maloine). Une Ă©tude corĂ©enne sur 45 patients ayant des troubles de l’érection, publiĂ©e dans le Journal of urology en 2002, montre que la plante amĂ©liore les fonctions Ă©rectiles et augmente le dĂ©sir sexuel.
Posologie : 1 g/j de racine sÚche de ginseng (dans une soupe par exemple), selon les médecins BérangÚre Arnal, Paul Goetz et Michel Paris (Phytothérapie, éd. Vidal). Pas plus de 3 mois.
Contre-indications : Grossesse, allaitement. DĂ©conseillĂ© en cas d’obĂ©sitĂ©, nervosisme, insomnie, hypertension, cancer hormonodĂ©pendant et chez les enfants et jeunes adolescents.

Une solution anti peau sĂšche
Le ginseng semble donner de bons rĂ©sultats contre le dessĂšchement de la peau, d’aprĂšs les mĂ©decins phytothĂ©rapeutes BĂ©rangĂšre Arnal, Paul Goetz et Michel Paris (PhytothĂ©rapie, Ă©d. Vidal).
Posologie : 1 gĂ©lule contenant 15 mg d’extrait sec de ginseng, 15 mg d’extrait sec de ginkgo et 15 mg d’extrait sec de millefeuille, chaque jour, selon les phytothĂ©rapeutes. Ne pas dĂ©passer trois mois de traitement.
Contre-indications : Grossesse, allaitement. DĂ©conseillĂ© en cas d’obĂ©sitĂ©, nervosisme, insomnie, hypertension, cancer hormonodĂ©pendant et chez les enfants et jeunes adolescents.

Une arme contre les rides
Riche en acides aminĂ©s, en vitamines et en minĂ©raux, le ginseng permettrait d’attĂ©nuer les rides. Il donne de bons rĂ©sultats sur “les effets du vieillissement en gĂ©nĂ©ral”, selon les mĂ©decins Yves Donadieu et Pham Quang Chau (Le ginseng, Ă©d. Maloine).
Posologie : La recette des mĂ©decins B. Arnal, P. Goetz et M. Paris (PhytothĂ©rapie, Ă©d. Vidal) : 0,25 % d’extraits fluides de ginseng, guimauve, lierre commun et houblon dans une base pour crĂšme, avec de l’huile essentielle de sauge et des extraits hydroglycoliques de ginseng, guimauve et angĂ©lique. Faire prĂ©parer en pharmacie et appliquer sur le visage chaque jour.
Contre-indications : Grossesse, allaitement. DĂ©conseillĂ© en cas d’obĂ©sitĂ©, nervosisme, insomnie, hypertension, cancer hormonodĂ©pendant et chez les enfants et jeunes adolescents.

Un remĂšde anti fatigue
Le ginseng s’utilise traditionnellement pour lutter contre l’asthĂ©nie, un Ă©tat de fatigue gĂ©nĂ©rale sans raison apparente. Il “augmente l’énergie”, “amĂ©liore les capacitĂ©s physiques” et “apporte une sensation de mieux-ĂȘtre”, expliquent les mĂ©decins Yves Donadieu et Pham Quang Chau (Le ginseng, Ă©d. Maloine).
Posologie : Deux gĂ©lules de 25 Ă  50 mg d’extrait sec le matin et deux gĂ©lules Ă  midi, avec un grand verre d’eau, selon les mĂ©decins phytothĂ©rapeutes BĂ©rangĂšre Arnal, Paul Goetz et Michel Paris (PhytothĂ©rapie, Ă©d. Vidal). Ne pas dĂ©passer trois mois de traitement.
Contre-indications : Grossesse, allaitement. DĂ©conseillĂ© en cas d’obĂ©sitĂ©, nervosisme, insomnie, hypertension, cancer hormonodĂ©pendant et chez les enfants et jeunes adolescents.

Le ginseng stimule le systĂšme immunitaire
Le ginseng permettrait de renforcer ses dĂ©fenses immunitaires, “particuliĂšrement Ă  l’occasion d’épidĂ©mies”, d’aprĂšs les mĂ©decins Yves Donadieu et Pham Quang Chau (Le ginseng, Ă©d. Maloine). La plante pourrait ainsi amĂ©liorer les effets du vaccin contre la grippe, selon une Ă©tude italienne publiĂ©e en 1996.
Posologie : 2 cuillĂšres Ă  cafĂ© de racine finement coupĂ©e dans un litre d’eau froide. Portez Ă  Ă©bullition douce Ă  couvert puis coupez le feu. Laissez infuser 15 Ă  30 minutes. Filtrez. Buvez “un verre le matin et le midi, aprĂšs le repas”, conseille le Dr BĂ©rangĂšre Arnal (Les meilleures tisanes santĂ©, Ă©d. Rustica), 3 mois au maximum.
Contre-indications : Grossesse, allaitement. DĂ©conseillĂ© en cas d’obĂ©sitĂ©, nervosisme, insomnie, hypertension, cancer hormonodĂ©pendant et chez les enfants et jeunes adolescents.

Des qualités anti stress
Le ginseng a des vertus adaptogĂšnes. Autrement dit, il aide l’organisme Ă  “combattre les effets du stress
physiologique ou psychique”, expliquent les mĂ©decins phytothĂ©rapeutes BĂ©rangĂšre Arnal, Paul Goetz et Michel Paris (PhytothĂ©rapie, Ă©d. Vidal). Posologie : Deux gĂ©lules de 25 Ă  50 mg d’extrait sec le matin et deux gĂ©lules Ă  midi, avec un grand verre d’eau, selon les phytothĂ©rapeutes. Ne pas dĂ©passer trois mois de traitement.
Contre-indications : Grossesse, allaitement. DĂ©conseillĂ© en cas d’obĂ©sitĂ©, nervosisme, insomnie, hypertension, cancer hormonodĂ©pendant et chez les enfants et jeunes adolescents.

Des vertus contre la chute des cheveux
Le ginseng agirait sur divers “Ă©tats carentiels et leurs consĂ©quences”, notamment la “chute de cheveux”, d’aprĂšs les mĂ©decins Y. Donadieu et P. Q. Chau (Le ginseng, Ă©d. Maloine).
Posologie : 1 g d’extrait glycĂ©rinĂ© de ginseng, 1 g d’extrait glycĂ©rinĂ© de houblon, 1 g d’huile et lĂ©chitine de soja et 1 g d’huile de maĂŻs, Ă  mĂ©langer Ă  1 cl de shampoing neutre. A appliquer sur cheveux mouillĂ©s et laisser agir pendant un quart d’heure avant de terminer le shampoing, selon les mĂ©decins phytothĂ©rapeutes BĂ©rangĂšre Arnal, Paul Goetz et Michel Paris (PhytothĂ©rapie, Ă©d. Vidal). Ne pas dĂ©passer trois mois de traitement.
Contre-indications : Grossesse, allaitement. DĂ©conseillĂ© en cas d’obĂ©sitĂ©, nervosisme, insomnie, hypertension, cancer hormonodĂ©pendant et chez les enfants et jeunes adolescents.

Contre les infections génitales
Le ginseng pourrait aider Ă  lutter contre les infections gĂ©nitales de type vaginite ou vulvite, d’aprĂšs les mĂ©decins phytothĂ©rapeutes BĂ©rangĂšre Arnal, Paul Goetz et Michel Paris (PhytothĂ©rapie, Ă©d. Vidal)
Posologie : 3 cuillĂšres Ă  soupe de racine de ginseng pour 50 cl d’eau, porter Ă  Ă©bullition douce puis laisser reposer. A raison de 3 Ă  4 tasses par jour, selon les phytothĂ©rapeutes. En cures successives de 10 jours par mois, en alternance avec de la cannelle, du pissenlit, du marron d’Inde et de la bardane.
Contre-indications : Grossesse, allaitement. DĂ©conseillĂ© en cas d’obĂ©sitĂ©, nervosisme, insomnie, hypertension, cancer hormonodĂ©pendant et chez les enfants et jeunes adolescents.

En cas de problĂšmes thyroĂŻdiens
Les dĂ©rĂšglements de la thyroĂŻde peuvent entraĂźner diverses complications, dont l’anxiĂ©tĂ©, contre laquelle le ginseng est utile. Il a une propriĂ©tĂ© “tranquillisante du systĂšme nerveux”, affirme le Dr Yves Donadieu (Ma pharmacie naturelle, Ă©d. Robert Laffont).
Posologie : 20 g par litre d’eau bouillante d’un mĂ©lange de ginseng, mĂ©lisse, millepertuis, cynorrhodon, angĂ©lique, valĂ©riane, Ă©leuthĂ©rocoque et romarin, Ă  faire prĂ©parer en pharmacie. Faire infuser 10 minutes, selon les mĂ©decins Paul Goetz, BĂ©rangĂšre Arnal et Michel Paris (PhytothĂ©rapie, Ă©d. Vidal). Ne pas dĂ©passer 3 tasses par jour et 3 mois de traitement.
Contre-indications : Grossesse, allaitement. DĂ©conseillĂ© en cas d’obĂ©sitĂ©, nervosisme, insomnie, hypertension, cancer hormonodĂ©pendant et chez les enfants et jeunes adolescents.

Ginseng : attention au surdosage
Si le ginseng ne prĂ©sente pas de toxicitĂ© connue, pas question d’en abuser. Sa consommation Ă  long terme peut “entraĂźner des effets secondaires analogues Ă  ceux d’un surdosage en corticoĂŻdes”, type prise de poids ou insomnie, soulignent les mĂ©decins B. Arnal, P. Goetz et M. Paris (PhytothĂ©rapie, Ă©d. Vidal). RĂ©sultat : “Il est conseillĂ© de ne pas dĂ©passer l’équivalent de 2 g de poudre par jour, de limiter le traitement Ă  3 mois et de ne pas en prendre pendant la grossesse.” Il est dĂ©conseillĂ© “chez l’enfant et le jeune adolescent”, explique le Dr Donadieu (Ma pharmacie naturelle, Ă©d. Robert Laffont). Mais aussi aux personnes souffrant d’obĂ©sitĂ©, de nervosisme, d’insomnie, d’hypertension artĂ©rielle ou de cancer hormonodĂ©pendant. En cas de doute, demandez conseil Ă  votre mĂ©decin.

OĂč acheter du ginseng ?
Le ginseng peut s’acheter en pharmacies, parapharmacies, herboristeries et boutiques de diĂ©tĂ©tique. Mais attention aux achats sur Internet. Certains sites ne sont pas fiables et ne garantissent pas l’origine et la qualitĂ© des produits.

Les prix peuvent beaucoup varier selon le lieu de vente, la marque et la qualité du produit. Comptez entre 15 et 30 euros la boßte de 100 comprimés ou gélules de ginseng, entre 10 et 30 euros par racine.

Bien choisir son ginseng
La racine de ginseng s’utilise principalement en poudre totale micronisĂ©e ou extrait sec. Mais aussi sous forme de dĂ©coction, d’extrait liquide ou fluide, de jus voire de teinture mĂšre.

La qualitĂ© du ginseng dĂ©pend surtout de l’ñge des racines et de leur teneur en hĂ©tĂ©rosides, leur principe actif majeur. “Il est nĂ©cessaire d’utiliser des racines de plus de 6 ans d’ñge pour avoir une concentration suffisante”, estime le Dr Yves Donadieu (Ma pharmacie naturelle, Ă©d. Robert Laffont). La couleur blanche ou rouge du ginseng n’influence pas l’efficacitĂ© de la plante. Elle est liĂ©e “Ă  son seul mode de prĂ©paration et ne constitue qu’un argument commercial de vente”.

Ginseng, une plante millénaire
Issu de la famille des AraliacĂ©es, le ginseng vient d’Asie. Il s’agit d’une plante herbacĂ©e vivace, pourvue d’une grosse racine. C’est cette partie qui est utilisĂ©e en mĂ©decine douce. Elle contient des hĂ©tĂ©rosides, des molĂ©cules qui reprĂ©sentent les principes actifs majeurs de la plante. Elle renferme Ă©galement des acides aminĂ©s, des minĂ©raux, des vitamines ou encore des enzymes.

Son usage en mĂ©decine traditionnelle remonte Ă  plusieurs millĂ©naires. Mais la plante n’existe presque plus Ă  l’état sauvage. Seules les cultures, principalement en CorĂ©e, permettent de bĂ©nĂ©ficier Ă  l’heure actuelle du ginseng. En Occident, la plante n’est importĂ©e officiellement que depuis le XVIIe siĂšcle.


LE PLUS CELEBRE TRESOR TRESOR DE VIE DES MEDECINES ORIENTALES ( LE GINSENG BIO ANTIOXYDANT NATUREL PUISSANT)

Depuis plus de 5000 ans les Médecines Orientales Traditionnelles ont placé le ginseng au centre de leur pharmacopée.
Le ginseng (Panax ginseng C.A. Meyer) est une plante originaire d’Asie du nord-est.
Le ginseng le plus rĂ©putĂ© est cultivĂ© en CorĂ©e. Les CorĂ©ens l’appellent INSAM.
Ce puissant Tonique supĂ©rieur a fait ses preuves pour prĂ©venir et traiter les affections liĂ©es Ă  l’ñge.

L’étonnant ginseng de CorĂ©e

L’étonnant ginseng de CorĂ©e

AINSI CETTE ETONNANTE RACINE DE VITALITE A LE POUVOIR NATUREL D’AIDER A SOULAGER :
HOMMES & FEMMES

– Fatigue chronique (physique ou nerveuse)
– NeurasthĂ©nie, Ă©tats dĂ©pressifs et anxiĂ©tĂ©
– Affections rĂ©nales, urinaires et utĂ©rines
– Manque d’appĂ©tit alimentaire et asthĂ©nie
– Troubles de la mĂ©moire et Ă©tats sĂ©niles
– DĂ©faillances du systĂšme nerveux
– SexualitĂ© « endormie »

UN CONCENTRE DE PRINCIPES TONIQUES

Les ginsenosides sont les principes toniques du ginseng. Les ginsenosides sont des substances particuliĂšrement stimulantes.

Leur taux est exprimé en milligrammes (mg) par gramme (g) de matiÚre sÚche.

C’est la teneur en ginsenosides qui fait la force d’un ginseng.

Si cette teneur n’est pas indiquĂ©e ou est infĂ©rieure Ă  15mg par gramme, il vaut mieux Ă©viter de tels ginsengs de basse qualitĂ©.

L’ñge de la racine de ginseng lors de la rĂ©colte est un critĂšre important de qualitĂ©. La norme traditionnelle de rĂ©colte est de 6 ans au minimum. C’est Ă  cet age que la racine de ginseng concentre le maximum de ginsenosides.

ATTENTION : Il faut savoir que les ginsengs bas de gamme sont cultivés de façon intensive avec engrais et produits chimiques. En plus, ces ginsengs sont récoltés trop tÎt, dÚs 3 ans !

En consĂ©quence, le taux de ginsenosides de ces ginsengs bas de gamme est beaucoup trop faible ! MĂȘme si le prix de ces ginsengs trop vite rĂ©coltĂ©s est moindre, ils ont peu d’effet bĂ©nĂ©fique.
C’est pourquoi ces ginsengs bas de gamme ne sont gĂ©nĂ©ralement pas vendus dans leur Ă©tat naturel mais transformĂ©s.

LE MODE DE CULTURE ANCESTRAL DU GINSENG

Dans les temps anciens le ginseng sauvage Ă©tait dĂ©jĂ  si rare qu’il Ă©tait rĂ©servĂ© Ă  l’Empereur de Chine et Ă  ses Courtisans

Mais dĂ©jĂ , dĂšs le 14e siĂšcle, les paysans corĂ©ens ont dĂ©couvert comment cultiver et rĂ©colter un ginseng d’excellente qualitĂ©.

Depuis cette date, ils perpétuent leur mode de culture ancestral.

Les engrais chimiques sont totalement interdits. Des inspecteurs du MinistÚre de la Santé Coréen surveillent tout particuliÚrement le respect des normes biologiques de culture traditionnelles du ginseng.

En premier lieu, on ne peut semer que des graines d’un ginseng de qualitĂ© ĂągĂ© d’au moins 4 ans. Plus d’un an aprĂšs les semis, il est ensuite opĂ©rĂ© une sĂ©lection stricte des plus vigoureuses plantules.

Les jeunes plantules sont alors replantées. Les soins les plus méticuleux leur seront alors procurées pendant plusieurs années.

Ses principes actifs contribuent à équilibrer les fonctions métaboliques et organiques de maniÚre préventives en apportant à lŽorganisme force et vitalité. Consommer 1gr / jour.


Cette racine chinoise vous aide Ă  lutter contre la fatigue automnale. C’est un dynamisant naturel, sans danger et sans aucun risque de dopage. Le ginseng bio antioxydant naturel puissant  est une plante originaire d’Asie du nord-est, dont la racine est rĂ©putĂ©e pour ses propriĂ©tĂ©s pharmaceutiques. Attention quand mĂȘme Ă  respecter les doses, si vous voulez dormir.

Origine du ginseng

Le ginseng est une plante originaire d’Asie du nord-est, dont la racine est rĂ©putĂ©e pour ses propriĂ©tĂ©s pharmaceutiques. Le nom gĂ©nĂ©rique Panax vient des mots grecs Pan, qui signifie « tout », et Akos qui veut dire « remĂšde ». Panax (en français : panacĂ©e) dĂ©signe donc le remĂšde universel. Le ginseng est une base essentielle de la pharmacopĂ©e asiatique et sa renommĂ©e est proverbiale en Asie.

Le ginseng le plus rĂ©putĂ© est cultivĂ© en CorĂ©e. Les CorĂ©ens l’appellent insam, la racine en forme d’homme. En effet, une racine ĂągĂ©e peut prendre une allure anthropomorphe (un tronc avec deux bras et deux jambes). Le mot ginseng vient du chinois mandarin rĂ©nshēn, rĂ©n dĂ©signant “l’homme”, et shēn signifiant “racine” : RĂ©nshēn est devenu “ginseng” comme une prononciation anglaise de la maniĂšre japonaise de lire ces caractĂšres chinois.

Le ginseng doit ĂȘtre cultivĂ© pendant plusieurs annĂ©es pour que le rhizome acquiĂšre toutes ses qualitĂ©s. Selon l’Ăąge de la plante, la racine se vendra Ă  des prix plus ou moins Ă©levĂ©s. Il s’agit cependant dans tous les cas d’un produit coĂ»teux, car sa culture nĂ©cessite beaucoup de soin. Le commerce du ginseng est fortement encadrĂ© par l’État sud-corĂ©en, afin d’assurer la qualitĂ© du label ginseng corĂ©en.

Les bienfaits du ginseng pour le cyclosport

Les bienfaits du ginseng pour le cyclosport

Le ginseng pour améliorer les performances sportives

Le ginseng est un excellent complément alimentaire naturel pour le sport. Avant, dans le milieu sportif cette racine était fortement consommée. En 1940, la plupart des boxeurs utilisaient le ginseng pour accroßtre leur résistance physique. En 1933, beaucoup de joueurs de soccer utilisaient une boisson à base de ginseng à cause de ses propriétés stimulantes pour améliorer leurs performances. En 1934, 11,4% des joueurs de football américain utilisaient le ginseng.

En 1932, 12,9% des coureurs de fond qui terminaient le marathon de 42 km prenaient du ginseng dans leur alimentation. Le ginseng est moins utilisĂ© aujourd’hui, sans doute parce que les sportifs ont dĂ©couvert des substances plus puissantes.

Energie pour le cyclosport

La racine de Panax ginseng contient des hĂ©tĂ©rosides (glucides) qui reprĂ©sentent les principes actifs majeurs et qui portent le nom de ginsenosides, de l’arginine, des Ă©lĂ©ments minĂ©raux : aluminium, arsenic, cobalt, cuivre, fer, manganĂšse, phosphore, potassium, silice, vanadium; des vitamines B1 (thiamine), B2 (riboflavine), B3-PP, B5, B6, B8-H, B9, B12, C, E, divers constituants non nĂ©gligeables : la choline, le panacĂšne, des oestrogĂšnes, des phytostĂ©rols, des bases d’acides nuclĂ©iques et des nuclĂ©osides.

C’est un revitalisant et dynamisant naturel, qui augmente l’Ă©nergie vitale avec sensation de bien-ĂȘtre. Il augmente de façon notable les possibilitĂ©s de rĂ©sistance au stress physique.

Effets du ginseng sur l’organisme

Le ginseng a une action tonique gĂ©nĂ©rale sur l’organisme : il augmente les performances physiques et intellectuelles. Il amĂ©liore le processus de mĂ©morisation et les rĂ©flexes. Il permet une meilleure adaptation de l’organisme Ă  l’effort en diminuant la sensation de fatigue, les douleurs musculaires, le taux d’acide lactique dans le sang et en augmentant l’utilisation de l’oxygĂšne par les muscles.

De plus, en agissant sur les cortico-surrénales, la racine de ginseng a une action stimulante sur les organes sexuels. Enfin, des études ont montré que la racine de ginseng abaisse les taux de cholestérol, de triglycérides sanguins et de sucre dans le sang.


le Ginseng bio antioxydant naturel puissant  & ses vertus : le ginseng, une plante médicinale

Les mystĂšres du ginseng. le ginseng est pour les asiatiques une plante mĂ©dicinale. Les Chinois accordent au ginseng, depuis des millĂ©naires, des vertus miraculeuses. Le ginseng est une plante herbacĂ©e qui pousse dans les forĂȘts d’Asie. Le ginseng et ses vertus nous intrigue, faisons le point pour savoir exactement ce qu’il en est sur le ginseng …

Origine du ginseng

Le ginseng est une plante herbacĂ©e vivace pourvue d’une grosse racine, de la famille des araliacĂ©es, qui pousse dans les riches forĂȘts d’Asie. Le ginseng est de couleur blanche lors de la rĂ©colte, puis le ginseng devient brun-rougeĂątre lorsqu’il est fumĂ© ou conservĂ© dans de l’alcool. Son goĂ»t est proche de celui d’une rĂ©glisse amĂšre. Le ginseng entre dans la pharmacopĂ©e française au XIXe siĂšcle, mais n’a vraiment retenu l’attention des chercheurs occidentaux que depuis une trentaine d’annĂ©es. Le ginseng est maintenant cultivĂ© au Canada, aux États-Unis, au Japon, en Chine, mais c’est surtout en CorĂ©e et en Mandchourie qu’il se dĂ©veloppe de façon optimale.

Les principes actifs du ginseng
Les racines de ginseng contiennent surtout des hĂ©tĂ©rosides, tous parfaitement connus sur le plan chimique et pharmacologique. Elles contiennent de nombreux acides aminĂ©s, des Ă©lĂ©ments minĂ©raux, des vitamines, des enzymes et divers autres constituants non nĂ©gligeables : ƓstrogĂšnes, phytostĂ©rols etc …

Le ginseng et ses vertus incroyables

Fonctions cognitives : AmĂ©liorant la santĂ© intellectuelle dans son ensemble, la plante a une action sur l’activitĂ© cĂ©rĂ©brale. Elle agit ainsi sur la mĂ©morisation, sur la dextĂ©ritĂ© ainsi que sur les capacitĂ©s de concentration, de rĂ©action et de rĂ©sistance Ă  la fatigue. Le ginseng aiderait Ă  amĂ©liorer les performances cognitives, comme le prouve une Ă©tude menĂ©e sur des sujets ĂągĂ©s de 22 Ă  80 ans ayant reçu une supplĂ©mentation en ginseng de 200 mg pendant douze semaines. La plante aurait amĂ©liorĂ© leur coordination et diminuĂ© le temps de rĂ©cupĂ©ration aprĂšs l’effort.

Le ginseng augmente la libido

Le ginseng aurait une action sur les baisses de libido. D’excellents rĂ©sultats ont Ă©tĂ© obtenus dans le traitement de l’impuissance : la plante agirait sur les fonctions Ă©rectiles et augmenterait le dĂ©sir sexuel en rĂ©Ă©quilibrant la production d’hormones. On ne s’étonne d’ailleurs jamais en Asie de voir des vieillards mener une vie amoureuse trĂšs active.

Le ginseng, un anti-vieillissement

Le ginseng, cette plante aurait une action anti-dessĂ©chante. Riche en acides aminĂ©s, en vitamines et en sels minĂ©raux, le ginseng permettrait d’attĂ©nuer les rides et de lutter contre le vieillissement en gĂ©nĂ©ral. De par ses effets stimulants, revitalisants et adaptogĂšnes, le ginseng semble ĂȘtre trĂšs intĂ©ressant pour la personne ĂągĂ©e. TrĂšs largement utilisĂ© dans les cliniques et les maisons de retraite, il est rĂ©putĂ© pour sa capacitĂ© Ă  amĂ©liorer l’humeur ainsi que la coordination mentale et psychophysique. Il rĂ©gule Ă©galement la pression sanguine et la glycĂ©mie. Le ginseng Ă  des effets stimulants sur la libido.

Le ginseng, un anti-fatigue – Renforcement des dĂ©fenses immunitaires.
Le ginseng est utilisĂ© pour lutter contre l’asthĂ©nie qui est un Ă©tat de fatigue sans raison apparente. Il augmente l’énergie et amĂ©liore les capacitĂ©s physiques. Des Ă©tudes ont prouvĂ© que cette plante amĂ©liorait l’utilisation de l’oxygĂšne par les muscles et diminuait la production d’acide lactique (un dĂ©chet mĂ©tabolique produit lors d’un travail musculaire), qui favorise l’apparition des crampes. Il apporte Ă©galement une sensation de mieux-ĂȘtre.

Le ginseng renforcerait les dĂ©fenses immunitaires, surtout au moment des Ă©pidĂ©mies, et permettrait d’amĂ©liorer l’action du vaccin contre la grippe. Des Ă©tudes comparatives ont prouvĂ© que les personnes ayant pris du ginseng avant d’ĂȘtre vaccinĂ©es contre ce virus avaient moins de risques d’ĂȘtre contaminĂ©es que celles qui n’avaient Ă©tĂ© que vaccinĂ©es. Les chercheurs ont Ă©galement prouvĂ© que le nombre d’anticorps chez les personnes vaccinĂ©es et consommatrices de ginseng Ă©tait plus Ă©levĂ©.

Les vertus du ginseng

Les vertus du ginseng

Antistress : Le ginseng est un « adaptogÚne » : il aide à combattre les effets du stress psychologique et physiologique.

Antichute de cheveux : Le ginseng agirait sur divers états de carence et notamment sur la chute de cheveux. Infections génitales. Le ginseng pourrait aider à lutter contre les infections du type vaginite ou vulvite.

ThyroĂŻde : Le ginseng possĂšde des propriĂ©tĂ©s tranquillisantes sur le systĂšme nerveux, qui est en relation Ă©troite avec le fonctionnement de la glande thyroĂŻde. Il calmerait l’anxiĂ©tĂ© liĂ©e aux problĂšmes thyroĂŻdiens.

Le ginseng prolonge-t-il la vie ?
Chez l’animal, des Ă©tudes se sont rĂ©vĂ©lĂ©es encourageantes, mais il est encore impossible dans l’état actuel des recherches de confirmer les dires des anciens maĂźtres chinois qui n’ont d’ailleurs jamais prĂ©tendu que le ginseng Ă©tait un Ă©lixir d’immortalitĂ© mais qui avançaient plutĂŽt que cette racine pouvait accorder quelques annĂ©es supplĂ©mentaires aux personnes qui en faisaient rĂ©guliĂšrement usage.


Le ginseng bio antioxydant naturel puissant (Panax ginseng C.A. Meyer) est une plante originaire d’Asie du Nord-Est, dont la racine est rĂ©putĂ©e pour ses propriĂ©tĂ©s pharmaceutiques.

Le nom générique « Panax » vient des mots grecs Pan, qui signifie « tout », et Akos qui veut dire « remÚde ». Panax (en français : panacée) désigne donc le remÚde universel. Le ginseng est une base essentielle de la pharmacopée asiatique et sa renommée est proverbiale en Asie.

Origines et appellations

Le ginseng le plus rĂ©putĂ© est cultivĂ© en CorĂ©e. Les CorĂ©ens l’appellent « insam » (읞삌 ou äșș揂), la racine en forme d’homme ou « goryo insam » (êł ë €ìžì‚Œ ou 高éș—äșș揂). En effet, une racine ĂągĂ©e peut prendre une allure anthropomorphe (un tronc avec deux bras et deux jambes). Le mot « ginseng » vient du chinois mandarin « rĂ©nshēn », « rĂ©n » dĂ©signant « l’homme », et « shēn » signifiant « racine » (simplifiĂ©: äșș揂; traditionnel : äșș蔘). « RĂ©nshēn » est devenu ginseng comme une prononciation anglaise de la maniĂšre japonaise de lire ces caractĂšres chinois. Cependant, aujourd’hui, le mot japonais correspondant Ă  ces caractĂšres, « ninjin » (äșș揂?), signifie « carotte », et en japonais le ginseng s’appelle « chosen ninjin » (æœéźźäșș揂?), Ă  partir de Choson (æœéźź?), nom de la derniĂšre dynastie rĂ©gnante de CorĂ©e.
Le ginseng doit ĂȘtre cultivĂ© pendant plusieurs annĂ©es pour que le rhizome acquiĂšre toutes ses qualitĂ©s. Selon l’Ăąge de la plante, la racine se vendra Ă  des prix plus ou moins Ă©levĂ©s. Il s’agit cependant dans tous les cas d’un produit coĂ»teux, car sa culture nĂ©cessite beaucoup de soin. Le commerce du ginseng est fortement encadrĂ© par l’État sud-corĂ©en, afin d’assurer la qualitĂ© du label Ginseng corĂ©en. Il arrive rĂ©guliĂšrement qu’en CorĂ©e un promeneur chanceux dĂ©couvre un ginseng sauvage. Le rhizome sera alors vendu aux enchĂšres, Ă  des prix inimaginables.

Ginseng bio origines et caractéristiques

Cultiver du ginseng

La culture du ginseng est possible en France mĂ©tropolitaine. Il y est connu depuis 1711, grĂące au PĂšre Jartoux, un jĂ©suite installĂ© en Chine. Plante de sous bois (et non d’appartement !), le ginseng a besoin d’ombre naturelle (arbre, arbuste, mur
) ou artificielle (filet ombriĂšre). Il aime les sols acides (pH de 6,3 Ă  6,8), lĂ©gers (sableux ou humifĂšres) pour y dĂ©velopper plus facilement sa racine. Mais pour le cultiver, il est prĂ©fĂ©rable de le faire en bac rempli de bon terreau. À l’automne, il perd ses feuilles et tige et rentre en repos vĂ©gĂ©tatif : Ă  ce stade, il ne craint pas les gelĂ©es (jusqu’Ă  -12 voire -15 °C). Il reprendra sa vĂ©gĂ©tation Ă  partir de son bourgeon terminal avec le rĂ©chauffement du printemps.
Sa rarĂ©faction Ă  l’Ă©tat naturel a conduit CorĂ©ens et Chinois Ă  mettre au point une technique de culture appropriĂ©e aux exigences de la plante. Elle rĂ©clame quatre Ă  sept ans d’attention pour atteindre une teneur optimale en composĂ©s Ă  usage pharmaceutique.

Caractéristiques

On y trouve plusieurs composés. Il comporte des ginsénosides, des triterpénoïdes (Terpénoïdes à 6 unités isoprÚne), dont le protopanaxadiol, sapogénine triterpénique à squelette damarane. Il pourrait augmenter la synthÚse de NO par la paroi des vaisseaux, contribuant à un relùchement des fibres musculaires.
Le ginseng est avant tout un stimulant du systĂšme nerveux, physique et intellectuel et accroĂźt la rĂ©sistance physique. C’est un stimulant, vaso-moteur. Il a une action de fond sur l’organisme. Il est apprĂ©ciĂ© pour son caractĂšre adaptogĂšne : il permet une meilleure rĂ©sistance aux divers stress. Des Ă©tudes scientifiques ont confirmĂ© les remarquables propriĂ©tĂ©s du ginseng. La Commission europĂ©enne et l’Organisation mondiale de la santĂ© reconnaissent l’usage du ginseng pour tonifier l’organisme des personnes fatiguĂ©es ou affaiblies, rĂ©tablir la capacitĂ© de travail physique et de concentration intellectuelle et aider les convalescents Ă  reprendre des forces. Plus gĂ©nĂ©ralement il permet de lutter contre l’asthĂ©nie fonctionnelle. Le ginseng a fait l’objet de trĂšs nombreux travaux de recherche. Ses principaux constituants bioactifs sont les ginsĂ©nosides, dont les multiples effets bĂ©nĂ©fiques ont Ă©tĂ© mis en Ă©vidence expĂ©rimentalement, notamment leurs effets anti-inflammatoires et antioxydants.
Le ginseng est utilisĂ© en cas de fatigue gĂ©nĂ©rale, physique ou intellectuelle. Il est aussi utilisĂ© dans des boissons Ă©nergisantes (Rockstar, Monster, NOS et AMP) comme stimulant. Depuis des millĂ©naires, les mĂ©decines traditionnelles chinoises, japonaises et corĂ©ennes l’utilisent pour ses effets toniques et aphrodisiaques.

Parmi les Ă©lĂ©ments composants le ginseng, on trouve des molĂ©cules de la famille des saponine (=hĂ©tĂ©rosides de la serie des dammaranes= ginsĂ©noside (chine) = panaxoside (Russie)). C’est, entre autres, cet Ă©lĂ©ment qui procure au ginseng ses propriĂ©tĂ©s multi-fonctionnelles. Selon l’origine du ginseng, la quantitĂ© de saponine contenue dans la racine diffĂšre. Une entreprise corĂ©enne, propose une comparaison des diffĂ©rents ginseng en fonction de cet Ă©lĂ©ment :
le ginseng rouge de Corée : 31 % ;
le ginseng blanc de Corée : 24 % ;
le ginseng de Chine : 15 % ;
le ginseng des États-Unis / Canada : 14 % ;
le ginseng du Japon : 8 %.

Effets secondaires et prĂ©cautions d’emploi

Le ginseng peut interfĂ©rer avec certains mĂ©dicaments : il diminue ainsi l’efficacitĂ© d’un anti-coagulant, la warfarine. Il interfĂ©re Ă©galement avec les examens permettant de doser le taux de digoxine sanguine, un mĂ©dicament couramment employĂ© lors des maladies cardiaques.
A fortes doses, il y a un risque d’effets secondaires : hypertension artĂ©rielle, troubles du comportement, diarrhĂ©e…
La prudence est de mise chez une femme enceinte, du fait de la similarité des ginsenosides avec certaines hormones sexuelles.

Bibliographie

Stephen Fulder, Le livre du ginseng, La Maisnie-Tredaniel, 1999 (ISBN 2844450563)
« Ginseng. Sans intĂ©rĂȘt thĂ©rapeutique dĂ©montrĂ©, et sans garantie d’innocuitĂ© » in Prescrire : « Bien utiliser les plantes en situations de soins », n° spĂ©cial, Ă©tĂ© 2007, T. 27, n° 286.