[Total : 3    Moyenne : 4/5]

Le ginseng bio, de son vrai nom Panax Ginseng bio, est une plante vivace cultivée essentiellement en Corée et en Chine. En grecque, le terme Panax signifie « remède universel ». Quelles sont les propriétés de cette plante et comment la choisir ? Les réponses de notre experte Amélie Fosse.

Son histoire

Le ginseng bio est une plante fragile qui demande l’union de beaucoup de conditions pour exister. C’est une plante rare d’où son tarif très élevé. Il faut entre 4 à 6 ans pour que le rhizome arrive à maturité et acquiert toutes ses qualités.

Le Panax Ginseng bio est transformé en deux formes différentes : le ginseng rouge bio et le ginseng blanc bio. Toutes deux proviennent de la même racine mais subissent deux processus différents. Le ginseng rouge bio est chauffé alors que le ginseng blanc bio est séché (déshydraté). Deux processus différents pour des bienfaits différents. Le ginseng rouge a des propriétés stimulantes alors que le ginseng bio blanc a des propriétés équilibrantes.

Cette plante est connue depuis 3000 ans en médecine traditionnelles chinoises car sa racine (son rhizome) lui confère un grand nombre de qualités médicinales.

En grecque, le terme Panax signifie « remède universel ».

En grecque, le terme Panax signifie « remède universel ».

Ses propriétés

On lui attribue beaucoup de propriétés du fait de sa rareté et de son tarif mais d’après des études récentes il ne s’agit pas là d’un remède miracle mais d’un bon atout pour rester en forme. Autrement dit, il est plus utile en prévention qu’en traitement.

L’organisation mondiale de la santé (OMS) reconnait l’usage de ginseng bio asiatique pour :

• Sensations d’Ă©nergie et de vitalitĂ©
• Bonne santé cardiovasculaire
• Pour un appareil respiratoire en bonne santé
• Tonifier l’organisme des personnes fatiguées ou affaiblies
• Rétablir la capacité de travail physique et de concentration intellectuelle
• Aider les convalescents à reprendre des forces.
• Meilleure résistance face aux différents stress (physique et mental). Il peut aider le mental à affronter des grosses fatigues (blues hivernal) et à la fois aider le corps à être plus résistant face aux agressions extérieures (maladies hivernales).
• Stimule la libido (permet d’améliorer l’érection)

Acheter du ginseng rouge en gélules sur la boutique Biologiquement.com

Acheter du ginseng rouge en gélules sur la boutique Biologiquement.com

Quel Ginseng bio choisir ?

Son origine : Lorsque que vous choisissez des phyto-médicaments, soyez conscient que la culture, la récolte et la classification de la plante utilisée sont d’une importance capitale. L’objectif est d’obtenir un maximum de bénéfices et un minimum d’effets secondaires. Dans le cas du ginseng bio, il existe d’autres formes qui proviennent du Canada ou des Etats unis, appelée Panax quinquefolius, beaucoup moins efficace et avec plus de risque d’avoir des effets secondaires.

Sa forme : Le ginseng bio peut être consommé en gélules disponible sur la boutique en ligne www.biologiquement.com ou en poudres.

Son principe actif : Ses principaux actifs sur la santé sont les ginsénosides c’est donc leur teneur qui va déterminer la qualité de l’extrait de ginseng bio. En moyenne elle doit être de 10mg/g, le maximum étant de 15mg/g. Attention, certains vendeurs indiquent un taux de 70 mg/g de ginsénosides c’est impossible. En fait, il s’agit du taux de saponines beaucoup moins intéressant pour la santé.

Sa posologie : Il est conseillé de débuter la cure un peu avant l’arrivée de l’hiver pour renforcer les défenses immunitaires. Celle-ci ne doit pas excéder les 3 mois. La durée de la cure dépendra de l’état et des besoins de chaque personne.Vous pouvez le consommer avec une boisson chaude, mais éviter le café ou le thé qui pourrait perturber ses bénéfices. La consommation est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes mais aussi aux personnes souffrants d’hypertension artérielle.


[Total : 15    Moyenne : 3.5/5]

Herbe divine, racine de vie, c’est ainsi que les Chinois ont qualifiĂ© cette plante qui, selon une lĂ©gende, ne peut ĂŞtre cueillie que par les wa-pang-suis, chasseurs-cueilleurs spĂ©cialement formĂ©s et rassemblĂ©s en une guilde. C’est que, voyez-vous, la nuit, les racines changent de place.

Eh oui, heureusement, les wa-pang-suis peuvent les repĂ©rer grâce Ă  une lueur particulière que la plante Ă©met et qu’ils ont appris Ă  reconnaĂ®tre! ArmĂ©s de minuscules arcs et de flèches en or attachĂ©es Ă  un cordon, ils le chassent comme ils le feraient pour un gibier royal.

PrisĂ©, donc, et glorifiĂ© par près du quart de la population du globe, le ginseng a fait l’objet, au cours des siècles, d’un commerce extrĂŞmement lucratif. On a dit, qu’Ă  cause de lui, de nombreuses fortunes se sont faites et dĂ©faites en un seul jour.

En AmĂ©rique, tout a commencĂ© lorsque le père Francis Lafitau, dont la mission consistait Ă  Ă©vangĂ©liser les « Indiens » du QuĂ©bec, dĂ©couvrit, qu’il poussait une espèce indigène de ginseng dans nos forĂŞts de feuillus. Il fit cette observation grâce au frère Jartoux, un jĂ©suite vivant en Chine, qui lui avait fait parvenir une description du ginseng oriental. En peu de temps, il devint plus lucratif de courir les bois Ă  la recherche de la racine que de cultiver la terre et nombre de fermiers abandonnèrent la culture du blĂ©, pourtant denrĂ©e essentielle, pour s’adonner Ă  cette activitĂ©. Ceux qui Ă©taient restĂ©s sur les fermes se retrouvèrent rapidement sans main-d’oeuvre, les « Indiens » qu’ils embauchaient ayant abandonnĂ© leur travail pour partir Ă  la recherche de cet or vĂ©gĂ©tal qui promettait des revenus fabuleux. On a d’ailleurs assimilĂ© ce formidable dĂ©placement de personnes Ă  la ruĂ©e vers l’or qu’a connue la Californie au XIXe siècle.

Dès le XVIIIe siècle, des tonnes de racines de ginseng Ă©taient expĂ©diĂ©es du Canada et des États-Unis vers la Chine, si bien qu’Ă  la fin du XIXe siècle, la plante a pratiquement disparu du QuĂ©bec et de l’Ontario, provinces oĂą elle Ă©tait particulièrement abondante. Aujourd’hui, elle ne survit d’ailleurs que dans de très rares stations, dont l’emplacement est gardĂ© jalousement secret par quelques botanistes absolument incorruptibles. Vos chances, donc, de tomber sur une talle sauvage sont Ă  peu près aussi grandes que celles de rencontrer un scarabĂ©e dorĂ© en pleine rue Sainte-Catherine. Idem pour les États-Unis, oĂą le ginseng ne pousse plus que dans les endroits infestĂ©s de serpents, frĂ©quentĂ©s uniquement par une poignĂ©e de cueilleurs au coeur solidement accrochĂ©.

En Asie, sa culture fait l’objet de soins attentifs. Ainsi, en CorĂ©e, le gros des cultures est confinĂ© dans les limites d’une ancienne citĂ© d’environ 40 kilomètres de diamètre, entièrement entourĂ©e de murs de pierre. SurveillĂ©es 24 heures sur 24 par des gardes armĂ©s, les cultures sont sous le monopole de l’État, qui dĂ©termine les normes de qualitĂ©, les prix et les volumes que les fermiers peuvent produire. Au Vietnam, oĂą pousse une espèce locale rare, on a entourĂ© de hautes clĂ´tures mĂ©talliques les enceintes oĂą elle s’est Ă©tablie mais faute de budget pour exercer une vĂ©ritable surveillance, les « braconniers » s’en donnent Ă  coeur joie et sont en train de dĂ©cimer les populations. En Chine, oĂą il poussait jadis Ă  l’Ă©tat sauvage, il s’est quasiment Ă©teint Ă  cause de la surexploitation des forĂŞts.

Son nom

Panax vient du grec pan, « tout », et akos, « soigne, guĂ©rit », qui, en français, a donnĂ© « panacĂ©e ». Chez les Romains, Panacea Ă©tait la fille d’Esculape, dieu de la mĂ©decine.

Quant Ă  « ginseng », il vient du chinois jen-shen, littĂ©ralement « plante-homme », par allusion au fait que les Chinois prisent tout particulièrement les racines dont la forme rappelle celle de l’ĂŞtre humain. Ă€ cause probablement d’une dĂ©formation linguistique, au QuĂ©bec, on l’a appelĂ© « ninzin », puis « ninzin araliĂ© » (« araliĂ© », parce qu’il appartient Ă  la famille des araliacĂ©es). En passant, le terme « araliacĂ©es » dĂ©riverait d’un mot amĂ©rindien. Il aurait Ă©tĂ© communiquĂ© Ă  un botaniste français par un de ses confrères quĂ©bĂ©cois pour finalement faire partie de la terminologie botanique officielle.

Il semble que notre espèce, le Panax quinquefolius (ou ginseng Ă  cinq folioles) prĂ©sente Ă  peu près les mĂŞmes caractĂ©ristiques que l’espèce asiatique, bien que certains lui attribuent des effets diffĂ©rents. Nous possĂ©dons Ă©galement une autre espèce, le Panax trifolius, appelĂ© « petit ginseng » ou « ginseng Ă  trois folioles », dont la racine est plus petite et entièrement ronde mais elle n’a fait l’objet d’aucun commerce d’importance.

Et ça se mange?

Ă€ ma connaissance, il n’existe pas d’emplois culinaires pour le ginseng, ni chez les AmĂ©rindiens ni chez les Asiatiques, qui le considèrent comme un mĂ©dicament en bonne et due forme. On a toutefois rapportĂ© que certaines personnes en mâchaient volontiers, particulièrement lorsque la racine est fraĂ®chement rĂ©coltĂ©e car elle est alors agrĂ©ablement sucrĂ©e.

Dans la tradition macrobiotique, on consomme une boisson, le thĂ© mu, qui renferme 16 plantes, dont le ginseng. Mais la consommation de ginseng pur n’est pas recommandĂ©e sur une base quotidienne.

Et ça soigne quoi?

Inutile de rappeler que les Asiatiques le considèrent comme un excellent aphrodisiaque, particulièrement pour les hommes dont la virilitĂ© s’estompe avec l’âge, les pĂ´vres! De façon gĂ©nĂ©rale, la tradition orientale en fait un tonique particulièrement adaptĂ© aux personnes âgĂ©es, que ce soit pour rĂ©tablir un bon niveau de performances physiques ou une bonne activitĂ© mentale. Pour les Chinois, c’est le plus puissant des stimulants cordiaux, toniques, stomachiques et fĂ©brifuges. Ils affirment qu’il « remplit le coeur d’hilaritĂ© », et que son emploi, mĂŞme occasionnel, permet d’ajouter une dizaine d’annĂ©es Ă  la vie de quiconque en consomme.

Toutefois, la médecine traditionnelle chinoise le prescrit rarement seul, mais plutôt en mélange avec diverses autres plantes médicinales.

L’Europe a connu quelques vogues de ginseng, mais jamais comme l’Asie qui reste la rĂ©gion du globe oĂą on le consomme le plus. En AmĂ©rique, on a employĂ© le ginseng Ă  cinq folioles pour ses propriĂ©tĂ©s toniques et stimulantes, particulièrement « pour relever les forces abattues par les excès », et pour stimuler la digestion. Toutefois, Ă  la fin du XIXe siècle, son emploi dans la pratique rĂ©gulière Ă©tait Ă  peu près abandonnĂ©. Aux États-Unis, il fut une Ă©poque oĂą on l’estimait grandement pour soulager les problèmes digestifs. On lui attribuait la propriĂ©tĂ© de neutraliser le trop plein d’acide gastrique ainsi que les Ă©ructations dĂ©sagrĂ©ables qui en rĂ©sultaient. Pour certains mĂ©decins, cette action avait aussi pour effet de soulager le rhume et les rhumatismes, ces dernières affections Ă©tant, selon les thĂ©ories de l’heure, une consĂ©quence directe d’un excès d’acide gastrique. Chose certaine, la plante mĂ©rite rĂ©ellement d’ĂŞtre essayĂ©e dans les cas de troubles de l’estomac. On l’a Ă©galement utilisĂ©e pour soulager les spasmes du hoquet et de l’asthme ainsi que les quintes de toux.

Bien que jamais attestés, les usages médicinaux du petit ginseng seraient, selon les Soeurs de la Providence, les mêmes que ceux du ginseng à cinq folioles.

La mĂ©thode traditionnelle chinoise pour prĂ©parer la racine de ginseng consiste Ă  la dĂ©biter en copeaux que l’on place dans un rĂ©cipient de grès. On verse de l’eau bouillante sur les copeaux et on place le rĂ©cipient dans une casserole partiellement remplie d’eau (une sorte de bain-marie, en somme) et on chauffe le tout Ă  petit feu pendant six heures. On l’a Ă©galement prĂ©parĂ©e en la râpant finement et en ajoutant de ÂĽ Ă  ½ c. Ă  thĂ© de cette poudre dans un quart de litre d’eau bouillante; ou encore en la brisant en petits morceaux que l’on fait cuire 45 minutes dans de l’eau bouillante, Ă  raison de 3 c. Ă  thĂ© par tasse d’eau.

On peut Ă©galement prĂ©parer une infusion avec les feuilles. Quant aux fleurs, qu’en principe on ne laisse s’Ă©panouir que sur une faible proportion de plants afin d’obtenir une racine plus vigoureuse, les CorĂ©ens en prĂ©parent une tisane qui est hautement estimĂ©e.

Contre l’impuissance, on a recommandĂ© de le prendre sous la forme de poudre pure, Ă  raison de 2 g par jour Ă  avaler avec du liquide ou une bouchĂ©e d’aliments au repas du midi. Faire des cures de trois semaines. Et si vous dĂ©sirez conquĂ©rir l’homme ou la femme de votre vie, voici la recette d’un philtre d’amour absolument infaillible.

Philtre d’amour

Dans son AromathĂ©rapie, le docteur Jean Valnet propose une recette de vin aphrodisiaque qui consiste Ă  faire macĂ©rer pendant 15 jours 30 g de cannelle, 30 g de vanille, 30 g de ginseng et 30 g de rhubarbe dans un litre de vin de Malaga ou de vin vieux de Chablis. On filtre et on ajoute ensuite quinze gouttes de teinture d’ambre.

Si vous ne trouvez pas de rhubarbe ou de teinture d’ambre, remplacez-les par une branche de romarin, 3 pincĂ©es de thym, 3 pincĂ©es de noix muscade, quelques feuilles de menthe et une dizaine de pĂ©tales de rose, que vous ferez macĂ©rer avec les autres plantes.

Il n’est pas interdit d’ajouter au philtre de la bave de crapaud, laquelle ne consiste pas en ces petits dĂ©pĂ´ts d’Ă©cume qu’on trouve un peu partout sur les plantes pendant l’Ă©tĂ© puisqu’il s’agit lĂ  de sĂ©crĂ©tions renfermant des oeufs d’insectes. Non, il n’y a rien Ă  faire, la bave de crapaud, il faut la prĂ©lever directement sur les crapauds.

Ginseng bio herbe divine, racine de vie

Ginseng bio herbe divine, racine de vie

Son mode de culture

Les semences de ginseng vendues dans le commerce sont gĂ©nĂ©ralement stratifiĂ©es, c’est-Ă -dire qu’elles ont Ă©tĂ© artificiellement gardĂ©es au froid afin de « briser » leur Ă©tat de dormance. Ce qui a l’avantage de faire gagner un an sur la culture.

Si vous possĂ©dez de la terre et dĂ©cidez d’y implanter du ginseng, le petit bouquin de A. R. Harding Ginseng and Other Medicinal Plants, d’abord publiĂ© en 1908, et qui a connu plusieurs rĂ©Ă©ditions, reste la rĂ©fĂ©rence de base.

Toutefois, si l’univers ne s’est pas montrĂ© particulièrement gĂ©nĂ©reux Ă  votre endroit et que vous ne possĂ©diez qu’un bout de balcon, il est tout de mĂŞme possible de cultiver du ginseng en contenant, en autant qu’il ne soit pas exposĂ© Ă  la lumière crue du soleil d’Ă©tĂ© et qu’il soit protĂ©gĂ© des vents glacĂ©s de l’hiver.

Semis de ginseng

Le ginseng se contentera Ă©galement d’une cour Ă  l’ombre, comme il y en a des tas dans les grandes villes, ou d’un petit bout de terrain Ă  la campagne. Dans tous les cas, voici comment faire :

1) PrĂ©parez un bon terreau Ă  base de terre Ă  jardin, de mousse de tourbe (ou de terreau de feuilles mortes si vous pouvez mettre la main sur cette prĂ©cieuse substance), de vermiculite et de sable horticole, Ă  parts Ă©gales. Pour la culture en pot, utilisez les mĂŞmes ingrĂ©dients, en plus d’ajouter un bon compost, qui entrera pour un tiers dans le mĂ©lange, et un peu de poudre d’os.

2) Remplissez de ce terreau des bacs de culture – de bois, de polystyrène, de fibre – ou des pots d’argile ou de plastique. Assurez-vous que vos contenants ont des trous pour le drainage.

3) Dans les bacs, semez vos graines Ă  2 cm ou 3 cm de profondeur et Ă  2 cm d’espacement. Dans les pots, mettez tout au plus une dizaine de graines par pot, qu’Ă  la levĂ©e il faudra Ă©claircir de façon Ă  n’avoir qu’un seul plant par pot.

4) Placez bacs ou pots Ă  l’extĂ©rieur dans un endroit qui recevra la lumière du soleil au printemps. Pour les bacs, il n’est pas nĂ©cessaire que l’endroit soit très ombragĂ© car vous transplanterez vos plants assez tĂ´t la saison suivante. Pour les pots, placez-les dans un endroit ombragĂ© ou assurez-vous de pouvoir les dĂ©placer Ă  la fin du printemps de l’annĂ©e suivante.

5) En milieu rural, entourez bacs ou pots d’un grillage dont les mailles ont environ 1 cm (de type grillage de cage Ă  lapin) afin d’Ă©viter que les rongeurs n’en fassent leur festin d’hiver (les mulots sont très friands des graines; c’est mĂŞme l’une des principales raisons de l’Ă©chec des cultures en semis direct).

6) Recouvrez le tout d’un Ă©pais tapis de feuilles mortes (15 cm).

7) Au printemps, enlevez le paillis et assurez-vous que la terre des bacs reste humide mais non dĂ©trempĂ©e. Quand les plants auront deux vraies feuilles, transplantez-les dĂ©licatement Ă  20 cm d’espacement, en utilisant un transplantoir pointu pour ouvrir le chemin aux jeunes racines. Comme on l’a dit plus haut, l’endroit doit ĂŞtre ombragĂ©. S’il ne l’est pas, vous aurez pris soin de construire un abri assez Ă©levĂ© (au moins 2 m) recouvert tant sur les cĂ´tĂ©s que sur le dessus, de clĂ´ture Ă  neige. L’espacement des lattes de bois permet d’apporter exactement le rapport lumière:ombre dont le ginseng a besoin pour s’Ă©panouir.

On peut Ă©galement se procurer des racines d’un an chez un producteur et les transplanter tel qu’indiquĂ© ci-dessus.


[Total : 2    Moyenne : 2.5/5]

La vie moderne pousse la majoritĂ© d’entre nous Ă  consommer excitants: thĂ©, cafĂ©, chocolat, tabac, sucre, viande. Il serait pourtant simple de remplacer toutes ces substances par des stimulantsvĂ©ritables, commevitamine C, gelĂ©e royale, ginseng ou autres plantes toniques(eleuthĂ©rocoque, cannelle, clou de girofle, romarin, thym, sarriette, etc.).(voir plantes stimulantes)

La grande diffĂ©rence entre les excitants et les stimulants, rĂ©side dans le type d’Ă©nergie qu’ils dispensent. Ainsi, les excitants brĂ»lent l’Ă©nergie de l’organisme (en Ă©puisant gĂ©nĂ©ralement les surrĂ©nales), alors que les stimulants apportent au corps et Ă  l’esprit les Ă©lĂ©ments vitaux (vitamines, minĂ©raux et autres) dont ils ont besoin pour fonctionner Ă  plein rendement. A très court terme, les excitants sont Ă©videmment plus spectaculaires, mais Ă  moyen et long termes, les stimulants gagnent sur toute la ligne !

Avant tout se revitaliser passe par l’adoption d’une alimentation Ă  la fois hypotoxique et stimulante,
c’est-Ă -dire bio et exclusivement composĂ©e de fruits frais pris en dehors des repas, de lĂ©gumes crus en entrĂ©e, de lĂ©gumes cuits Ă  la vapeur, de cĂ©rĂ©ales complètes, de lĂ©gumineuses, d’olĂ©agineux dans les salades et les desserts, de fromages frais, d’aromates et de condiments complets et naturels, d’huiles de première pression Ă  froid, de complĂ©ments alimentaires, et d’eau peu minĂ©ralisĂ©e (Roucous) Ă  boire hors des repas.
Mais au delĂ  de la diĂ©tĂ©tique, il est indispensable d’avoir une bonne hygiène de vie, et d’Ă©vacuer les stress, afin de rĂ©tablir une bonne Ă©nergie psycho-Ă©motionnelle..

Le ginseng est une plante herbacĂ©e vivace appartenant au genre Panax de la famille des AraliacĂ©es, dont la taille, Ă  l’âge adulte, varie entre 30 et 80cm, avec une grosse racine tubĂ©reuse, qui pousse exclusivement, Ă  l’Ă©tat naturel, sur les versants mĂ©ridionaux des montagnes humides au milieu d’Ă©paisses forĂŞts dans certaines rĂ©gions de l’Est Asiatique (Mandchourie, CorĂ©e, SibĂ©rie) et de l’AmĂ©rique du Nord.
Seule la racine est utilisée en médecine et plus particulièrement celle de la variété : Panax ginseng C.A. Meyer dont la réputation est la plus ancienne et encore la plus grande.

GINSENG "RACINE DE VIE" & PLANTES STIMULANTES

GINSENG “RACINE DE VIE” & PLANTES STIMULANTES

1. GENERALITES

En ExtrĂŞme-Orient, l’usage de la racine de ginseng remonte Ă  plus de 4000 ans et a toujours occupĂ© une place d’honneur dans la pharmacopĂ©e chinoise oĂą elle figurait parmi les «produits miracles». Cette «racine de vie», comme elle Ă©tait appelĂ©e, fut longtemps considĂ©rĂ©e comme une panacĂ©e, c’est-Ă -dire souveraine contre toutes les maladies, au point qu’elle Ă©tait, dans ces temps anciens, payĂ©e Ă  son poids d’or ou de pierres prĂ©cieuses, ce qui la faisait rĂ©server uniquement Ă  l’Empereur et aux grands seigneurs fĂ©odaux.
En Occident, par contre, le ginseng est restĂ© pratiquement inconnu jusqu’au 18ème siècle et n’est vraiment utilisĂ© en thĂ©rapeutique mĂ©dicale que depuis quelques dĂ©cennies.
Ce n’est qu’au dĂ©but XVIIIIe qu’elle fut introduite en Occident, pour y connaĂ®tre une gloire passagère avant de tomber dans l’oubli pendant tout le XIXe et une bonne partie du XXe siècle.
Il fallut attendre les annĂ©es 60 pour que la mode s’en empare Ă  nouveau, et en fasse un stimulant et un aphrodisiaque. Mais, traditionnellement, le ginseng ne se borne pas Ă  cette indication restreinte.

2- CULTURE ET RÉCOLTE

L’extraction systĂ©matique du ginseng sauvage, au fil des siècles, a provoquĂ© sa disparition quasi complète et c’est seulement grâce Ă  des mĂ©thodes de culture appropriĂ©es reconstituant les conditions naturelles de pousse forestière que l’on peut toujours en bĂ©nĂ©ficier. Cette culture biologique est dĂ©licate et rĂ©clame des soins attentifs pendant toute la pĂ©riode de maturation de la racine qui s’Ă©tale en moyenne sur 6 Ă  7 annĂ©es.
SitĂ´t la rĂ©colte effectuĂ©e, les racines sont sĂ©lectionnĂ©es et soigneusement lavĂ©es avant d’ĂŞtre sĂ©chĂ©es au soleil. Ainsi prĂ©parĂ©es, ces racines sont alors placĂ©es dans des rĂ©cipients adaptĂ©s pour une parfaite conservation dans l’attente de leur commercialisation.

3- ÉTUDE EXPÉRIMENTALE

Parmi les innombrables travaux scientifiques effectuĂ©s Ă  ce jour, chez l’homme et chez l’animal, on peut retenir essentiellement que le ginseng :
• est d’une totale innocuitĂ©(aux doses prescrites)
• et qu’il prĂ©sente de nombreuses propriĂ©tĂ©s très intĂ©ressantes, parmi lesquelles notamment
-une augmentation de la résistance à la fatigue, aux troubles des changements de saison, et au stress en général;
-une action sur le systeme nerveux central avant tout, stimulant et relaxant le cortex, il amĂ©liore l’activitĂ© cĂ©rĂ©brale dans son ensemble et la memoire en particulier.
– stomachique, il exerce une action favorable sur les mĂ©tabolismes glucidique, lipidique et protĂ©ique;
-une régularisation des troubles tensionnels, tendant à ramener la tension artérielle vers la normale quel que soit le sens de ses variations;
-un accroissement de la vitalité et un ralentissement des effets du vieillissement.
-il accroît la quantité de globules rouges, détoxique le foie, diminue le cholesterol, équilibre les rythmes cardiaque et respiratoire.
-vasomoteur, il active les Ă©changes (glycogenèse, diurèse avec Ă©limination d’urĂ©e).

4- COMPOSITION

La racine de Panax ginseng C.A. Meyer contient
– un certain pourcentage d’eau;
– des glucides (sucres), tout particulièrement des hĂ©tĂ©rosides qui reprĂ©sentent les principes actifs majeurs et qui portent le nom de ginsenosides;
– des lipides (corps gras), essentiellement sous forme de triglycĂ©rides;
– des protides (substances azotĂ©es) sous forme d’acides aminĂ©s, dont une forte proportion d’arginine;
– des Ă©lĂ©ments minĂ©raux : aluminium, arsenic, cobalt, cuivre, fer, manganèse, phosphore, potassium, silice, vanadium;
– des vitamines B1 (thiamine), B2 (riboflavine), B3-PP, B5, B6, B8-H, B9, B12, C, E;
– des enzymes amylase, invertase et phĂ©nolase;
– divers constituants non nĂ©gligeables : la choline, le panacène, des oestrogènes, des phytostĂ©rols, des bases d’acides nuclĂ©iques et des nuclĂ©osides.
– saponines, ginsĂ©nosides, essences, stĂ©rols.

5- PROPRIÉTÉS ET INDICATIONS

Une grande part du mystère auréolant le ginseng est très certainement due à la forme (tout comme le mandragore) relativement anthropomorphique de sa racine. Pour cette raison, la composante psychosomatique, ne doit certainement pas être écartée, parmi ses vertus thérapeutiques.
– Le ginseng peut ĂŞtre considĂ©rĂ© comme un
• REVITALISANT et DYNAMISANT, qui augmente l’Ă©nergie vitale avec sensation de bien-ĂŞtre.
• FORTIFIANT, augmente de façon notable les possibilités de résistance au stress en général (ANTI-STRESS).
• STIMULANT et TONIFIANT GENERAL, dans les domaines physiques, intellectuels, nerveux, cardiaque, pulmonaire, psychiques et sexuel (ANTI-FATIGUE), dans un cadre physiologique.
• RÉÉQUILIBRANT et RÉGULATEUR, au niveau de nombreux mĂ©tabolismes des grandes fonctions de l’organisme.
Il est indiqué essentiellement
a) Chez le bien portant
– Meilleure rĂ©sistance physique (SPORTIFS) et intellectuelle (PRÉPARATION AUX EXAMENS).
– PrĂ©vention du vieillissement.
– dĂ©puratif
b) Chez le malade :
le ginseng est une des meilleures plantes toniques indiquée en cas de
– AsthĂ©nies, convalescences, anorexies, amaigrissements, troubles de la sĂ©nescence.
– Insuffisance cardiaque, troubles de la tension artĂ©rielle, artĂ©riosclĂ©rose.
– AsthĂ©nie sexuelle et certaines formes d’impuissance ou de frigiditĂ©.
– AnxiĂ©tĂ©, depressions nerveuses, deprime, affections psychosomatiques, troubles de la mĂ©moire.
– Troubles de la mĂ©nopause (bouffĂ©es de chaleur en particulier), et diabete.
– Arthrose, douleurs rhumatismales (antalgique), et cures de dĂ©sintoxication diverses.

Il trouvera donc son emploi non seulement lorsqu’on se sent fatiguĂ©, mais aussi quand on manque d’appĂ©tit, quand on subit un refroidissement (rhumes, fièvre, pleurĂ©sie…), lorsqu’on souffre de divers symptĂ´mes liĂ©s Ă  l’artĂ©riosclĂ©rose, tels que vertiges, Ă©blouissements, bourdonnements d’oreilles, ou maux de tĂŞte, ou enfin dans de nombreux troubles psychosomatiques…

6- PRÉSENTATION ET POSOLOGIE

Les présentations les plus utilisées (et disponibles chez biogassendi notamment) sont:
• sous forme de poudre de racine sèche, représentant le totum végétal de la racine (en pot ou gelules);
• sous forme liquide (flacons ou ampoules) 250ml avec 50g de racines fraiches
• inclus dans differentes composition: ginseng + guarana + gingembre , ginseng +gelĂ©e royale, …
La posologie journalière moyenne de poudre de racine sèche chez l’adulte de poids normal se situe entre 1 et 3 g, Ă  prendre par voie buccale matin et midi peu avant les repas, en cures de durĂ©e variable selon les indications.
Absence d’accoutumance et de troubles secondaires aux doses conseillĂ©es ci-dessus.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Cette racine a une très longue rĂ©putation d’aphrodisiaque. Pourtant, elle agit plutĂ´t comme un tonique. On limite trop souvent cette Ă©pice aux plats de cuisine asiatiques. Le gingembre est dĂ©licieux en tisane : dans un demi-litre d’eau bouillante, ajoutez une fine rondelle de racine fraĂ®che.

On peut aussi le râper dans de petits gâteaux sablĂ©s ou un quatre quart qui prendra alors les parfums d’une nuit d’amour. Le gingembre revigore, dissipe les maux de tĂŞte et favorise la digestion. Nul doute que s’il est utilisĂ© comme aphrodisiaque du Japon Ă  la Turquie, en passant par l’Inde et l’Arabie, ce n’est pas sans raison…

Le ginseng

Le ginseng

Le ginseng
Pour peu que vous choisissiez une prĂ©paration de bonne qualitĂ©, le ginseng tient ses promesses. Non seulement il agit sur la production d’adrĂ©naline (ce qui stimule) mais il Ă©quilibre cette dernière, Ă©vitant les coups de pompe et accĂ©lĂ©rant la rĂ©cupĂ©ration après effort. C’est donc une excellente plante dont on aurait intĂ©rĂŞt Ă  faire des cures rĂ©gulières pour retrouver un bon niveau d’Ă©nergie, sans faire appel systĂ©matiquement au cafĂ© ou au sucre. Ces derniers provoquent des pics d’Ă©nergie suivis de grands creux. Ces yo-yo permanents causent de profondes fatigues, qui peuvent survenir en pleine soirĂ©e romantique (la dĂ©bandade Ă©tant d’ailleurs une cause frĂ©quente de frustration sexuelle). Le ginseng est donc une plante Ă  privilĂ©gier pour assurer toute une soirĂ©e sans coup de pompe. Vu son prix, prenez du temps pour trouver des extraits standardisĂ©s dont la qualitĂ© est garantie. La variĂ©tĂ© chinoise (Panax Ginseng) ne doit contenir pas moins de 10 % de ginsenosides. Le ginseng sibĂ©rien, lui, doit contenir au moins 1 % d’eleutherosides.


[Total : 3    Moyenne : 1.3/5]

Le ginseng bio antioxydant naturel puissant est très rĂ©putĂ© un peu partout Ă  travers le monde et pour cause : les bienfaits du ginseng sur l’organisme sont fort nombreux.

Que ce soit pour des problèmes liĂ©s Ă  la fatigue, au stress, Ă  l’Ă©puisement physique et intellectuel, ou encore pour contrer des troubles Ă©rectiles, des problèmes liĂ©s Ă  la mĂ©nopause, au vieillissement, etc, le ginseng peut vous ĂŞtre d’une aide prĂ©cieuse. DĂ©couvrez les bienfaits que peut vous apporter cette formidable racine au quotidien.

le Ginseng, une racine aux multiples bienfaits

le Ginseng, une racine aux multiples bienfaits

Qu’est-ce que le ginseng ?

Le ginseng (Panax Ginseng C.A. Meyer) est une plante herbacĂ©e vivace originaire d’Asie. Le ginseng le plus rĂ©putĂ© est cultivĂ© en CorĂ©e. Lorsqu’il a atteint sa taille adulte, il mesure gĂ©nĂ©ralement entre 30 cm et un mètre. Plusieurs annĂ©es sont nĂ©cessaires Ă  sa culture (environ cinq ans), ce qui en fait un produit assez cher.

Ce sont les racines du ginseng qui contiennent les composants essentiels Ă  notre organisme, Ă  savoir les vitamines, les minĂ©raux et les oligo-Ă©lĂ©ments. Ainsi, en consommant du ginseng, on apporte de nombreux Ă©lĂ©ments nutritifs Ă  notre corps, tels que des vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, C et E, du sĂ©lĂ©nium, du phosphore, du fer, du manganèse, du cobalt, du potassium, des enzymes (amylase, invertase et phĂ©nolase), de l’acide folique, des glucides, des protides, des lipides, etc.

Les bienfaits du ginseng sur notre organisme

Le ginseng aide Ă  combattre la fatigue, le stress, le surmenage physique et intellectuel. Il constitue un excellent stimulant physique, intellectuel et nerveux ; la concentration et la mĂ©moire sont donc amĂ©liorĂ©es. Par ailleurs, il renforce le système immunitaire et la rĂ©sistance physique. Sur le plan du vieillissement prĂ©maturĂ©, le ginseng a une action très bĂ©nĂ©fique Ă©galement et contre les symptĂ´mes tels que les vertiges, les pertes de mĂ©moire, les troubles de l’humeur, etc.

Il peut ĂŞtre aussi d’une grande utilitĂ© pour les femmes mĂ©nopausĂ©es en diminuant les bouffĂ©es de chaleur, les coups de fatigue, l’irritabilitĂ©, etc. Pour les problèmes sexuels (libido en baisse, problèmes d’Ă©rection ) le ginseng s’avère ĂŞtre un aliment très intĂ©ressant Ă©galement.
Les ginsĂ©nosides demeurent les principaux constituants bioactifs du ginseng. Parmi les nombreux effets bĂ©nĂ©fiques qu’ils prĂ©sentent pour l’organisme, citons leurs actions antioxydante, anti-inflammatoire et anticancĂ©reuse.

Ginseng et contre-indications

Le ginseng, malgrĂ© ses innombrables vertus, ne convient toutefois pas Ă  tout le monde. En effet, il est dĂ©conseillĂ© aux jeunes enfants ainsi qu’aux femmes enceintes ou allaitant. Les personnes diabĂ©tiques et les personnes souffrant de problèmes cardiaques doivent quant Ă  elles consulter leur mĂ©decin avant de faire une cure de ginseng.

En cas d’hypertension artĂ©rielle ou de problèmes de coagulation, il est dĂ©conseillĂ© de consommer du ginseng. Notez que des effets secondaires peuvent survenir en cas d’excès, notamment de l’insomnie ou des douleurs gastro-intestinales. Pour ĂŞtre efficace et donner des rĂ©sultats satisfaisants, la cure doit se prolonger au-delĂ  de trois semaines.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’huile essentielle de ginseng bio antioxydant naturel puissant.

Cité dans les livres anciens de médecine chinoise, le ginseng est toujours aussi connu pour son efficacité à revitaliser, augmenter les capacités physiques et intellectuelles.

Le ginseng, un remède universel

Le ginseng est une plante originaire d’Asie du nord-est, dont la racine est réputée pour ses propriétés pharmaceutiques. Le nom générique « panax » vient des mots grecs Pan, qui signifie « tout », et Akos qui veut dire « remède ». Ce nom désigne donc le remède universel. En Asie, le ginseng est une base essentielle de la pharmacopée et sa renommé y est importante. Quelques années sont nécessaires pour cultiver le ginseng afin que la plante acquière toutes ses qualités.
Plusieurs études ont révélé que le ginseng recèle de nombreux composés. Cependant, il faut remarquer qu’il est difficile de relier l’action pharmacologique et la composition chimique de cette plante. D’autant plus que tous les ginsengs n’ont pas la même composition. En réalité, des expériences ont démontré que les composants chimiques pris isolément n’expliquent pas l’action pharmacologique. Il a ainsi été conclu que c’est l’association de nombreux composants ou l’action de leurs dérivés métaboliques qui est efficace d’un point de vue pharmacologique.

Ginseng asiatique

Ginseng asiatique

Les vertus reconnues de l’huile essentielle de ginseng
Les bienfaits du ginseng sont nombreux. Entre autres, cette plante est considérée comme antifatigue, plus encore, elle permet d’améliorer les performances physiques. Le ginseng favorise le développement des capacités intellectuelles. Ainsi, quelques gouttes de ginseng dans votre thé seraient très bénéfiques pour ceux qui préparent un examen ou qui ont un métier qui demande une concentration particulière. Les extraits de ginseng servent aussi à d’autres indications. Entre autres, la diminution des risques de l’hypertension artérielle, la protection du foie contre les toxiques et donc des « gueules de bois » sont renforcées. Le ginseng lutte contre les effets de l’âge.
Il existe un large choix de préparations à base de ginseng. En général, elles sont sous forme de poudre conditionnée en gélules. Toutefois, il est important de limiter la durée de la cure à 3 mois tout au plus, idem pour l’huile essentielle utilisée pour soigner, En effet, à plus long terme, des effets secondaires indésirables peuvent être observés, identiques à un surdosage de cortisone. Par ailleurs, les extraits de ginseng sont très souvent associés à d’autres phytomédicaments : antiasthéniques, anti artérioscléreux, anti sénescence et aussi aux vitamines et oligo-éléments. En bref, le ginseng permet d’oublier la fatigue et de rester toujours jeune.


[Total : 4    Moyenne : 4.3/5]

Le ginseng bio antioxydant naturel puissant (Panax ginseng) est une plante originaire d’Asie du nord-est.

On a appelĂ© cette plante “Panax” , car c’est la contraction de deux mots grecs qui sont Pan & Akos. Pan signifie “tout”, et Akos signifie “remĂ©de”, donc Panax signifie remĂ©de Ă  tout, d’ailleur le ginseng est une plante capitale de la pharmacopĂ©e chinoise , et sa racine est rĂ©putĂ©e pour ses propriĂ©tĂ©s pharmaceutiques. Le nom chinois du ginseng est Ren Shen.

Les deux espĂ©ces les plus connues sont le Panax ginseng (Asie) et le Panax quinquefolius (AmĂ©rique du nord), dans les deux cas leur habitat naturel est un sous bois de feuillus, elles poussent dans un humus bien drainĂ©. Bien qu’Ă©tant une plante vivace forestière, sa culture est difficile et nĂ©cessite plusieurs annĂ©es. Le rhizome du ginseng acquiert ses propriĂ©tĂ©s avec l’âge de la plante (il faut de 3 Ă  5 ans en culture & 7 ans en milieu naturel), sa culture est trĂ©s encadrĂ©e pour maintenir des labels de qualitĂ©, l’un des meilleurs labels est le label corĂ©en connu sous le nom de “ginseng rouge”.

Le ginseng panax Asiatique

Le ginseng panax Asiatique

Le ginseng Asiatique est traditionnellement dit “blanc”lorsque la racine a juste Ă©tĂ© lavĂ©e et sĂ©chĂ©e, et on le dit “rouge”quand il a Ă©tĂ© au prĂ©alable traitĂ© Ă  la vapeur avant le sĂ©chage “ginseng corĂ©en.

Attention aux faux ginsengs , tel que le ginseng du BrĂ©sil, le ginseng pĂ©ruvien, le ginseng indien et biens d’autresqui mĂŞme si ils ont des effets mĂ©dicaux , ils ne sont pas attachĂ©s au genre botanique Panax , et donc ne peuvent se prĂ©valoir des effets du Panax ginseng.

Les propriĂ©tĂ©s qu’on lui accorde sont nombreuses: il stimule la mĂ©moire , amĂ©liore les performances physiques, soulage les symptĂ´mes de la mĂ©nopause , tonifie l’organisme des personnes fatiguĂ©es ou affaiblies, stimule le systĂ©me immunitaireet il participerait au traitement du diabĂ©te de type 2, et Ă  traiter le dysfonctionnement Ă©rectile.

Quand on parle des propriĂ©tĂ©s du Panax ginseng on aborde deux grands concepts, le premier est le “concept du sang” qui vient de la mĂ©decine traditionnelle chinoise , et le second est le “concept adaptogĂ©ne” qui nous vient d’un chercheur Russe nommĂ© Lazarev. Le concept du sang vient du fait que le Panax ginseng augmenterait “l’Ă©nergie vital”(le yang), pour les mĂ©decins asiatiques il aurait la propriĂ©tĂ© d’accroĂ®tre la force et le volume du sang d’ou ses propriĂ©tĂ©s toniques et revitalisantes. Pour Lazarev son action serait non spĂ©cifique , mais s’apparenterait Ă  une action normalisatrice de nombreuses fonctions de l’organisme et de surcroĂ®t sur plusieurs organes , et ce en fonction des besoins vitaux du moment.

Ces deux concepts bien que trĂ©s bien Ă©tayĂ©s par des milliers d’annĂ©es d’utilisation ne correspondent pas Ă  la recherche mĂ©dicale moderne, aussi essaye t’on de trouver de façon rationnelle ce qui induit les propriĂ©tĂ©es mĂ©dicales. Ce qui complique les essais cliniques et leur interprĂ©tation est pour grande partie l’inĂ©galitĂ© de qualitĂ© des cultures du Panax ginseng et donc de ses constituants, les rĂ©sultats varient en fonction des racines et des rĂ©coltes.

Le Panax ginseng semble Ă  ce jour intĂ©ressant par les chercheurs par la prĂ©sence d’un triterpĂ©noĂŻde particulier , appartenant Ă  famille des saponines : le ginsĂ©noside . Cet Ă©lĂ©ment donnerai au ginseng ses multipropriĂ©tĂ©s .

A ce jour on reconnait que les effets anti-inflammatoires sont induits par le ginsĂ©noside. Des effets sur la stimulation du systĂ©me immunitaire et le dysfonctionnement Ă©rectile ont Ă©tĂ© Ă©galement mis en Ă©vidence.La Commission E (Allemagne) et l’OMS (organisation mondiale de la santĂ©) reconnaissent l’usage du Panax ginseng pour rĂ©tablir la capacitĂ© de travail physique chez les personnes en mauvaise santĂ© , ainsi que pour restaurer la concentration intellectuelle.

Les Ă©tudes sur l’action du Panax ginseng aussi bien sur la mĂ©nopause que sur le cancer restent trĂ©s contreversĂ©es du fait des mĂ©thodologies employĂ©es et des rĂ©sultats publiĂ©s.

Le ginseng peut interfĂ©rer avec certains mĂ©dicaments: il diminue l’efficacitĂ© d’un anti-coagulant (la warfarine), et il rend le dosage sanguin de la digoxine (mĂ©dicament utilisĂ© dans les pathologies cardiaques) incertain. La Commission E (Allemagne) recommande d’Ă©viter le Panax ginseng en cas d’hypertension artĂ©rielle, chez la femme enceinte et celles qui allaitent.

Aux doses recommandées le ginseng asiatique semble sans effets indésirables .
A trĂ©s forte dose on aurait l’apparition de GAS (Ginseng abuse syndrĂ´me) tel que de l’hypertension artĂ©rielle, des troubles du comportement et de la diarrhĂ©e , cette derniĂ©re Ă©tude a Ă©tĂ© fortement critiquĂ© du fait d’une mĂ©thodologie de recherche un peu lĂ©gĂ©re.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le ginseng bio antioxydant naturel puissant Panax est une plante utilisĂ©e en mĂ©decine naturelle essentiellement pour les vertus contenues dans sa racine. AppelĂ© ginseng chinois ou encore ginseng japonais ou ginseng rouge de CorĂ©e, le ginseng Panax ne doit toutefois pas ĂŞtre confondu avec le ginseng de SibĂ©rie qui n’a pas les mĂŞmes propriĂ©tĂ©s.

Pour ce qui est du ginseng Panax on l’utilisait autrefois comme booster pour l’organisme. En effet, le ginseng Panax est reconnu pour ses bienfaits Ă©nergisants et surtout stimulants pour amĂ©liorer la concentration, la rĂ©flexion, la mĂ©moire, ainsi que l’endurance physique et athlĂ©tique, c’est donc une racine très prisĂ©es chez les sportifs. Dans la mĂ©decine par les plantes, on utilise le ginseng Panax pour lutter contre les effets du stress ou simplement pour amĂ©liorer l’Ă©tat physique et moral gĂ©nĂ©ral.

Plantation du Ginseng Panax

Plantation du Ginseng Panax

Utilisation du Ginseng Panax

Plante du bien-ĂŞtre, le ginseng Panax est utilisĂ© en tant que plante mĂ©dicinale contre la dĂ©pression, au mĂŞme titre que le millepertuis, l’anxiĂ©tĂ© et la fatigue chronique. En dehors de son action sur le moral, le ginseng Panax permet de soigner naturellement d’autres pathologies en stimulant le système immunitaire, on le recommande pour lutter contre les infections pulmonaires, les fibroses kystiques, et certaines Ă©tudes dĂ©montrent mĂŞme qu’il serait efficace contre le cancer du sein et pour la prĂ©vention d’autres cancers (ovaire, foie, poumon, peau…).

Et les bienfaits du ginseng Panax ne s’arrĂŞtent pas lĂ  puisque cette racine pourrait aussi rentrer dans des traitements contre l’anĂ©mie, le diabète, la fièvre, l’asthme et mĂŞme la gueule de bois.

Le Ginseng dans la médecine asiatique

Les utilisations de cette plante mĂ©dicinale asiatiques sont nombreuses car elle possèdes une très grandes quantitĂ© de bienfaits, c’est pourquoi le ginseng Panax est aussi recommandĂ© contre les troubles typiquement fĂ©minins comme les effets de la mĂ©nopause, les bouffĂ©es de chaleur et règles douloureuses. Chez l’homme, le ginseng Panax se rĂ©vèlerait utilise dans le traitement des troubles de l’Ă©rection et de l’Ă©jaculation prĂ©coce. En somme, le ginseng Panax est essentiellement recommandĂ© pour stimuler la mĂ©moire et l’activitĂ© mentale, pour lutter contre le diabète, l’impuissance et l’Ă©jaculation prĂ©coce, car pour les autres bienfaits qu’on attribue Ă  cette plante ses effets ne sont pas encore totalement vĂ©rifiĂ©s.

Contre-indications du Ginseng Panax

Comme toute plante, le ginseng Panax a aussi ses contre-indication, c’est pourquoi on dĂ©conseille de l’utiliser Ă  long terme car il pourrait provoquer des insomnies, une augmentation du rythme cardiaque, des troubles de l’humeur, des douleurs mammaires suites Ă  des troubles hormonaux, ainsi que des maux de tĂŞte.

Pour les prĂ©cautions d’emploi du ginseng Panax, il est dĂ©conseillĂ© aux femmes enceintes, et pendant l’allaitement, ainsi qu’aux personnes souffrant de maladies cardiaques et maladies auto-immunes, les personnes souffrant de schizophrĂ©nie, de troubles du sommeil ou d’une hypersensibilitĂ© hormonale. Le ginseng Panax est Ă©galement dĂ©conseillĂ© aux personnes ayant subit une transplantation d’organes et aux hĂ©mophiles.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Cette racine chinoise vous aide Ă  lutter contre la fatigue automnale. C’est un dynamisant naturel, sans danger et sans aucun risque de dopage. Le ginseng bio antioxydant naturel puissant  est une plante originaire d’Asie du nord-est, dont la racine est rĂ©putĂ©e pour ses propriĂ©tĂ©s pharmaceutiques. Attention quand mĂŞme Ă  respecter les doses, si vous voulez dormir.

Origine du ginseng

Le ginseng est une plante originaire d’Asie du nord-est, dont la racine est rĂ©putĂ©e pour ses propriĂ©tĂ©s pharmaceutiques. Le nom gĂ©nĂ©rique Panax vient des mots grecs Pan, qui signifie « tout », et Akos qui veut dire « remède ». Panax (en français : panacĂ©e) dĂ©signe donc le remède universel. Le ginseng est une base essentielle de la pharmacopĂ©e asiatique et sa renommĂ©e est proverbiale en Asie.

Le ginseng le plus rĂ©putĂ© est cultivĂ© en CorĂ©e. Les CorĂ©ens l’appellent insam, la racine en forme d’homme. En effet, une racine âgĂ©e peut prendre une allure anthropomorphe (un tronc avec deux bras et deux jambes). Le mot ginseng vient du chinois mandarin rĂ©nshÄ“n, rĂ©n dĂ©signant “l’homme”, et shÄ“n signifiant “racine” : RĂ©nshÄ“n est devenu “ginseng” comme une prononciation anglaise de la manière japonaise de lire ces caractères chinois.

Le ginseng doit ĂŞtre cultivĂ© pendant plusieurs annĂ©es pour que le rhizome acquière toutes ses qualitĂ©s. Selon l’âge de la plante, la racine se vendra Ă  des prix plus ou moins Ă©levĂ©s. Il s’agit cependant dans tous les cas d’un produit coĂ»teux, car sa culture nĂ©cessite beaucoup de soin. Le commerce du ginseng est fortement encadrĂ© par l’État sud-corĂ©en, afin d’assurer la qualitĂ© du label ginseng corĂ©en.

Les bienfaits du ginseng pour le cyclosport

Les bienfaits du ginseng pour le cyclosport

Le ginseng pour améliorer les performances sportives

Le ginseng est un excellent complément alimentaire naturel pour le sport. Avant, dans le milieu sportif cette racine était fortement consommée. En 1940, la plupart des boxeurs utilisaient le ginseng pour accroître leur résistance physique. En 1933, beaucoup de joueurs de soccer utilisaient une boisson à base de ginseng à cause de ses propriétés stimulantes pour améliorer leurs performances. En 1934, 11,4% des joueurs de football américain utilisaient le ginseng.

En 1932, 12,9% des coureurs de fond qui terminaient le marathon de 42 km prenaient du ginseng dans leur alimentation. Le ginseng est moins utilisé aujourd’hui, sans doute parce que les sportifs ont découvert des substances plus puissantes.

Energie pour le cyclosport

La racine de Panax ginseng contient des hĂ©tĂ©rosides (glucides) qui reprĂ©sentent les principes actifs majeurs et qui portent le nom de ginsenosides, de l’arginine, des Ă©lĂ©ments minĂ©raux : aluminium, arsenic, cobalt, cuivre, fer, manganèse, phosphore, potassium, silice, vanadium; des vitamines B1 (thiamine), B2 (riboflavine), B3-PP, B5, B6, B8-H, B9, B12, C, E, divers constituants non nĂ©gligeables : la choline, le panacène, des oestrogènes, des phytostĂ©rols, des bases d’acides nuclĂ©iques et des nuclĂ©osides.

C’est un revitalisant et dynamisant naturel, qui augmente l’Ă©nergie vitale avec sensation de bien-ĂŞtre. Il augmente de façon notable les possibilitĂ©s de rĂ©sistance au stress physique.

Effets du ginseng sur l’organisme

Le ginseng a une action tonique gĂ©nĂ©rale sur l’organisme : il augmente les performances physiques et intellectuelles. Il amĂ©liore le processus de mĂ©morisation et les rĂ©flexes. Il permet une meilleure adaptation de l’organisme Ă  l’effort en diminuant la sensation de fatigue, les douleurs musculaires, le taux d’acide lactique dans le sang et en augmentant l’utilisation de l’oxygène par les muscles.

De plus, en agissant sur les cortico-surrénales, la racine de ginseng a une action stimulante sur les organes sexuels. Enfin, des études ont montré que la racine de ginseng abaisse les taux de cholestérol, de triglycérides sanguins et de sucre dans le sang.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Racine très prisée, le ginseng bio antioxydant naturel puissant  est une plante asiatique.

Les vertus réelles de celle-ci sont parfois méconnues malgré le fait qu´elle soit présente dans beaucoup de produits vendus dans le commerce.
Le panax ginseng, connu sous le diminutif de ginseng, est une plante très consommée par les Asiatiques mais aussi par les Occidentaux. Ce sont plus précisément les racines de cette plante qui sont employées dans diverses préparations. Panax est un mot d´origine grec qui se décompose en deux parties, pan qui veut dire tout et akos voulant dire remède. Cela veut dire que le ginseng est considéré comme un remède universel. La plante a d´autres appellations, notamment en Corée où sa culture est très courante. Ses habitants la connaissent sous le nom de « isam » ou alors « goyo isam » voulant dire racine ayant la forme d´un homme. Ce qu´il faut savoir du ginseng, c´est qu´il s´agit d´une plante rare. En effet, la culture de celle-ci demande une certaine attention et plus particulièrement son rhizome (racine de la plante). Le prix de celui-ci est relativement élevé et dépend beaucoup de son âge. En effet, une racine plus vieille sera vendue plus chère qu´une autre plus jeune.

Les spécificités du ginseng et son mode de consommation

Les spécificités du ginseng et son mode de consommation

Les différentes vertus thérapeutiques de la racine du ginseng

Rappelons que le ginseng est une plante dont la racine est connue pour ses multiples vertus. Les asiatiques l´emploient souvent en tant que fortifiant et le mêle parfois à des produits naturels tels que la gelée royale. En effet, les gingénosides présents dans le ginseng ont la capacité de fortifier les organes internes de l´organisme humain. Ils jouent aussi un rôle fondamental dans la préservation des fonctions premières du système immunitaire en le tonifiant. La racine possède des propriétés anti-oxydantes et contribue à la régénération des cellules. C´est l´une des raisons pour lesquelles les Asiatiques la consomment car ils soutiennent qu´à long terme, le ginseng permettrait d´allonger la durée de vie d´une personne. Des recherches menées sur les actions thérapeutiques ont aussi montré que la racine serait un excellent anti-cancérigène. Qui plus est, elle a une action régularisante sur le taux de sucre mais aussi sur le niveau de mauvais cholestérol. Le ginseng américain, lui, est connu pour avoir des effets curatifs sur des troubles tels que les toux sèches, les dessèchements de la langue ou de la bouche, etc.

Comment utiliser le ginseng ?

Le ginseng peut être utilisé de plusieurs façons. Tout d´abord, la meilleur manière de le consommer serait d´utiliser directement la racine sans qu´elle n´ait subi de traitement prélable. Pour préparer un breuvage traditionnel concentré en ginseng, il faut disposer des copeaux de racine dans un récipient et verser de l´eau très chaude. Puis, il convient de prendre le récipient et de le placer au bain marie pendant environ 6 heures à feu doux. Retenir aussi que s´il est difficile de s´en procurer, on peut avoir recours à des produits qui en contiennent comme certaines boissons. On peut également trouver des thés, des ampoules ou encore des comprimés en supermarché, sur Internet ou en pharmacie. Cependant, il faut savoir que le taux de ginseng est parfois bien moindre dans ces produits. Ainsi, il est indéniable de qu´il est préférable d´utiliser du ginseng à l´état naturel pour avoir les meilleurs effets possibles.

Les recommandations liées à la consommation de ginseng

Bien que le ginseng soit bénéfique pour la santé, il se peut qu´il ait certains effets secondaires. Une consommation excessive peut aussi être nuisible pour les femmes enceintes et provoquer des diarrhées ou encore une augmentation de la tension artérielle. Les précautions d´usage sont donc à prendre en compte en ce qui concerne la consommation de ginseng.